•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sugar Shack sur la Sugar Beach de Toronto, une cabane à sucre urbaine

Chargement de l’image

Des bâtons de bois avec de la tire sur la neige

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'était la première journée de l'événement Sugar Shack, qui se déroule à Sugar Beach sur la rive du lac Ontario, samedi.

Présenté comme une cabane à sucre dans l’esprit traditionnel québécois, il s’agit plutôt d’un événement du type festival culinaire comme on en voit souvent.

Des camions de bouffe de rue, des kiosques qui vendent des produits et des stands d’activités présentent le sirop d’érable à leur façon.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un kiosque de tire sur la neige sur la rive du lac Ontario

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

L’attrait principal, surtout pour les plus jeunes, c’est la tire sur la neige. Deux kiosques l’offrent, un à l’entrée, l’autre près du lac.

Un sculpteur sur glace, avec ses scies à chaine et ses outils, a créé samedi une œuvre en direct devant les passants.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un sculpteur termine son oeuvre

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Certains vendeurs offrent des produits avec du sirop d’érable, par exemple des tranches de bacon couvertes de sirop, ou une poutine à l’érable.

Très peu d’items de la cabane à sucre québécoise traditionnelle y sont offerts – pas d’oreilles de crisse, d’œufs dans le sirop ou de jambon fumé à l’érable.
On y trouve plutôt des grilled cheese, des hot dogs et des muffins, entre autres.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

On trouvait des hot dogs et des poutines à l'événement Sugar Shack de Toronto

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Un stand où de l’eau d’érable est réduite dans de grands barils est installé tout près de la rive du lac Ontario où les gens peuvent goûter plusieurs réduits et consistances différents.

Une « calleuse » de danse

La journée de samedi avait un événement plutôt rare : une « calleuse » de danse franco-ontarienne et son groupe de musique folklorique traditionnelle ont donné deux représentations.

Donna Marie MacLeod et son groupe de musique franco-ontarienne sont venus faire danser les gens présents au festival. Il s’agit d’un art qui n’est pas très connu dans la capitale ontarienne.

« Ce n’est pas dans leur tradition, ici. Ils n’ont jamais vu ça. Ils ne savent pas ce que c’est, un set carré, ils n’ont jamais vu de danse ronde, ils ne savent pas valser! »

— Une citation de  Donna Marie MacLeod

Une « calleuse » de danse franco-ontarienne et son groupe de musique folklorique traditionnelle ont donné deux représentations. Donna Marie MacLeod et son groupe de musique franco-ontarienne sont venus faire danser les gens présents au festival.

Il s’agissait donc, pour plusieurs, d’une occasion d’essayer quelque chose de nouveau.

L’événement en sera à sa deuxième et dernière journée de son édition 2017, dimanche. L’entrée est gratuite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !