•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bœuf Québec : une initiative bien accueillie en Abitibi-Témiscamingue

Une ferme de Mont-Brun à Rouyn-Noranda se lance dans la production de viande de bœuf à l'herbe. La Ferme D&M Mignault fait l'élevage de ses bêtes entièrement à l'herbe, sans hormone de croissance ni antibiotique.

Une ferme de Mont-Brun à Rouyn-Noranda se lance dans la production de viande de bœuf à l'herbe. La Ferme D&M Mignault fait l'élevage de ses bêtes entièrement à l'herbe, sans hormone de croissance ni antibiotique.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Radio-Canada

Le Syndicat des producteurs bovins de l'Abitibi-Témiscamingue salue le lancement, cette semaine, de l'initiative Bœuf Québec.

C'est le fruit d'un partenariat entre les producteurs québécois et le distributeur alimentaire Colabor.

L'objectif est d'offrir de façon plus claire le bœuf d’ici, dans les hôtels et les restaurants.

Le président du syndicat, Stanislas Gachet, rappelle que l'idée est de permettre aux consommateurs de savoir d'où vient le bœuf qu'ils consomment.

Comme c'est là, les exigences, c'est qu'il ait été engraissé au moins plus de 100 jours au Québec, après ça il va être bonifié au fur et à mesure de la démarche.

Stanislas Gachet

« C'est sûr qu'après ça, ça va aider les producteurs de veaux d'embouche du Québec, c'est-à-dire que nous, les naisseurs, on garde les vaches pour faire des bébés veaux, on va avoir un marché différencié pour nos veaux pour pouvoir faire du bœuf Québec », explique-t-il.

Les petits producteurs locaux épargnés

Stanislas Gachet, qui est lui-même producteur à Notre-Dame-du-Nord, au Témiscamingue, ajoute que les petits éleveurs en région ne seront pas pénalisés par cette démarche.

Tous ceux qui mettaient en marché du Bœuf Québec de leurs propres productions, dans leurs propres régions, ils ne perdent pas la possibilité de faire ça.

Stanislas Gachet

« Dans toutes les régions, il y a des petits producteurs qui font de petits volumes, ils ont leur clientèle, eux, ils ne sont pas pénalisés par cette démarche parce que le nom Bœuf Québec, ils vont garder le droit de l'utiliser », dit-il.

L'initiative Bœuf Québec sera ultérieurement implantée dans les grandes chaînes d'alimentation avec qui des discussions se poursuivent actuellement.

Abitibi–Témiscamingue

Économie