•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les promoteurs immobiliers optent pour les constructions en bois

Le reportage de Jean-Sébastien Cloutier
Radio-Canada

De plus en plus de promoteurs immobiliers intègrent le bois dans la construction de grands bâtiments. Ce phénomène s'explique notamment par un changement de réglementation, qui permet maintenant l'utilisation de ce matériau pour ce type de construction.

Alors que les constructeurs ne pouvaient concevoir un bâtiment de plus de 4 étages en charpente de bois sans dérogation en 2008, la hauteur permise est passée à 12 étages l’an dernier.

En 2015, la Régie du bâtiment du Québec a également publié un guide de critères techniques pour régir ce genre de construction, ce qui a fait de la province un chef de file en Amérique du Nord.

« Le Québec a été précurseur avec ce guide de critères techniques, et on reçoit régulièrement des demandes d’informations pour participer et expliquer tous les processus et ce qui a été mis en place ici », affirme Sylvain Lamothe, porte-parole de la Régie du bâtiment du Québec

Des projets d’envergure

Marc-André Roy, président de SotramontMarc-André Roy est promoteur de l’immense projet « Arbora » dans Grifftontown, qui offrira 134 appartements et 165 condos dans 3 bâtiments de 8 étages dont la charpente est en bois. Photo : Radio-Canada

Marc-André Roy est le promoteur de l’immense projet Arbora dans le quartier montréalais de Grifftontown, qui offrira 134 appartements et 165 copropriétés dans 3 bâtiments de 8 étages.

Son entreprise, Sotramont, est l'une des pionnières de la construction de type CLT, c’est-à-dire en bois lamellé-croisé. Une nouvelle façon de faire, certifiée LEED.

« Au lieu d’avoir de gros morceaux de bois qu’on coupe, des gros arbres, le CLT, c’est un aggloméré de petits morceaux de bois collés de façon scientifique. C’est une technologie européenne », explique-t-il.

L’heure des tests est terminée, selon lui. Il est convaincu que tout le monde y trouve son compte avec le bois.

« Pour le consommateur, c’est un bien-être du côté vie lorsqu’il aménage le condo. Du point de vue de l’environnement, c’est extraordinaire. Et pour nous, lorsqu’on bâtit en structure de bois massif, c’est la même qualité, sinon la qualité supérieure, à n’importe quelle structure de bâtiments », affirme M. Roy.

Un immeuble de bureaux sur le bord de l'autoroute 20 à Saint-HyacintheUn immeuble à bureaux sur le bord de l'autoroute 20 à Saint-Hyacinthe Photo : Radio-Canada

À Saint-Hyacinthe, un immeuble de bureaux avec une structure en bois de 6 étages est actuellement en construction.

« Nous avions sous-évalué l’impact d’un bâtiment en bois sur le bord de l’autoroute 20. Il y a beaucoup de gens qui nous ont appelés pour poser des questions », affirme le promoteur Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin.

On rentre, on sent la chaleur du bois. C’est quelque chose qui nous aide beaucoup à convaincre notre clientèle, mais ce que je peux vous dire, c’est qu’en ce moment, le bâtiment est pratiquement loué à 95 %.

Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin
Le projet d'immeuble en copropriété de 12 étages Origine, dont l’ouverture est prévue l’été prochain à Québec. Le projet de condos à 12 étages, « Origine », à Québec dont l’ouverture est prévue l’été prochain à Québec. Photo : Radio-Canada

La palme du plus haut bâtiment de bois massif au Québec revient toutefois au projet Origine, dont l’ouverture est prévue l’été prochain à Québec.

Cet édifice à appartements de 12 étages est en train d’être construit, pour ne pas dire assemblé, comme un meuble Ikea géant livré par l’entreprise de Chibougamau, Nordic Structures.

Cette compagnie est l'une des grandes gagnantes de l’évolution de la réglementation. C’est elle qui a fabriqué le bois en épinette noire du projet Arbora, de Sotramont. L’entreprise emploie aujourd’hui 850 personnes dans le nord du Québec et en Abitibi.

On est vraiment passé d’un stade anecdotique, il y a une dizaine d’années, à l’émergence d’une nouvelle façon de concevoir le bâtiment.

Frédéric Verreault, porte-parole, Nordic Structures.

Depuis 2008, l’entreprise a automatisé toute la production. « Tout ça est numérique désormais, ce qui nous donne la capacité de réaliser au-delà de 100, 200 projets par année. De quelques projets anecdotiques il y a une dizaine d’années, on est aujourd’hui à plus de 1800 projets de bâtiments non résidentiels en bois massif, mais aussi aux quatre coins de l’Amérique du Nord », dit M. Verreault.

Nordic Structures a notamment fourni le bois utilisé dans la construction du nouveau stade de soccer de Montréal, avenue Papineau, dans le quartier Saint-Michel. Le stade a gagné de nombreux prix en architecture.

Tout porte à croire que les projets comme Arbora ou Origine se multiplieront à l’avenir, surtout que, depuis un an, le Québec a sa charte du bois, une sorte d’engagement du gouvernement à encourager l’utilisation de cette ressource renouvelable et, donc, les constructions en bois.

Industrie de la construction

Économie