•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gabriel Nadeau-Dubois dérange? Évidemment!

Gabriel Nadeau-Dubois, lors de l'annonce de sa candidature à l'investiture de Québec solidaire dans Gouin et à celle de co-porte-parole du parti.

Gabriel Nadeau-Dubois, lors de l'annonce de sa candidature à l'investiture de Québec solidaire dans Gouin et à celle de co-porte-parole du parti.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Il est entré en politique en lançant un gros pavé dans la mare qui, évidemment, a fait réagir la classe politique. En mal, évidemment. Mais il aurait été mal accueilli même s'il avait fait un sans-faute à son lancement. Parce que Gabriel Nadeau-Dubois dérange et qu'il n'a pas fini de déranger...

Une analyse de Michel C. Auger, animateur de Midi info

Bien sûr, sa condamnation de la classe politique des 30 dernières années était très injuste. Avec des finances publiques précaires, le Québec a réussi à lancer des programmes sociaux inédits au Canada. Même en recherchant le déficit zéro, le Québec s’est donné l’assurance-médicaments, les centres de la petite enfance, les congés parentaux, l’équité salariale et quelques autres programmes sociaux uniques.

Mais ce qui est tout aussi vrai, c’est qu’un Gabriel Nadeau-Dubois, il y a 30 ans, aurait signé sa carte du Parti québécois sans même se poser de questions. C’est là qu’allaient tout naturellement les plus progressistes. Force est de constater que ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Pas étonnant que la réaction la plus forte à l’arrivée en politique de Gabriel Nadeau-Dubois soit venue du Parti québécois. D’anciens politiciens ont déchiré très publiquement leur chemise, pendant qu’on a conscrit les jeunes vedettes du parti pour répéter le message qu’il y a « plus de choses qui unissent le PQ et Québec solidaire que de points qui les divisent ».

C’est vrai, mais seulement pour l’objectif stratégique du PQ, qui a mis de côté la souveraineté et les sujets qui fâchent dans le seul but de battre les libéraux en 2017. Sauf que ce genre de convergence est toujours à l’avantage du partenaire le plus fort. Le PQ aurait une chance de prendre le pouvoir, mais qu’y aurait-il donc dans cela pour Québec solidaire (QS)?

Progresser

L’objectif réaliste de Québec solidaire, ce n’est évidemment pas de prendre le pouvoir, c’est de progresser. Si possible d’aller chercher des résultats respectables hors de l’île de Montréal, mais au moins d’augmenter sensiblement les 7,6 % du vote populaire obtenus en avril 2014. Et il est assez évident qu’une large part des nouveaux électeurs que pourrait convaincre QS proviendrait du PQ.

C’est pour cela que le PQ a toutes les raisons de craindre la nouvelle direction de QS, formée de Manon Massé et de Gabriel Nadeau-Dubois. Les deux ont déjà fait la preuve qu’ils sont de bons organisateurs avec une grande capacité de mobiliser. On n’a qu’à voir comment Mme Massé a sauvé sa circonscription vouée à disparaître de la carte électorale en une dizaine de jours, alors que tout le monde disait que c’était mission impossible.

Le PQ croyait que le départ de Françoise David sonnerait le début de la fin pour QS et que ses électeurs finiraient par revenir sans bruit à la maison péquiste. Ce n’est plus aussi certain.

Parce que les déclarations de Gabriel Nadeau-Dubois et des autres porte-parole de QS au cours des dernières semaines montrent qu’il y a une ligne de fracture importante avec le PQ, celle des questions identitaires.

Le PQ a eu beau recevoir le rapport de Paul St-Pierre Plamondon lui indiquant que la « quasi-totalité des jeunes rencontrés ont peu d’intérêt pour le débat sur les signes religieux et ne voient pas le lien entre laïcité et identité », il est clair que le chef du PQ, Jean-François Lisée, veut en faire un élément central de sa campagne électorale, comme il l’a fait pour sa campagne à la direction du PQ.

On risque même d’assister à une forme de surenchère identitaire entre le PQ et la Coalition avenir Québec pour conquérir le même électorat.

Pour QS, surtout si Gabriel Nadeau-Dubois en devient l’un des deux co-porte-parole – pour ne pas dire co-chef –, cette situation pourrait fort bien ouvrir des portes auprès d’un électorat plus jeune et progressiste.

Ce qui devrait déranger, bien évidemment, les grands plans et stratégies du Parti québécois.

Politique provinciale

Politique