•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève est évitée au RTC

Autobus du RTC sur la route.

Un autobus du RTC

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Radio-Canada

La grève des chauffeurs d'autobus du Réseau de transport de la capitale (RTC), qui devait commencer lundi prochain n'aura finalement pas lieu. Le syndicat des chauffeurs et la direction du RTC ont conclu une entente de principe vendredi au terme d'un blitz de négociations de plus de 30 heures.

Un texte de Louis Gagné

Les détails de l’entente n’ont pas été rendus publics. Les 950 chauffeurs d’autobus du RTC seront invités à se prononcer sur son contenu lors de deux assemblées générales qui auront lieu les 15 et 16 mars. Le Syndicat des employés de transport public du Québec métropolitain (SETPQM), affilié à la CSN, va recommander à ses membres d’approuver l’entente.

Sans contrat de travail depuis le 30 juin dernier, les chauffeurs du RTC menaçaient de déclencher une grève générale illimitée lundi en l’absence d’une entente avec la direction. La CSN a confirmé que la grève ne serait pas déclenchée. De plus, le système Nomade, qui permet de suivre les parcours d’autobus en temps réel, sera remis en fonction dès samedi matin.

« Profitable pour tous »

La partie patronale et le syndicat des chauffeurs ont refusé de commenter l’entente. Le président du RTC, Rémy Normand, s’est borné à dire que l’accord intervenu vendredi après-midi était « profitable pour tous », en particulier pour les usagers du réseau.

« Les parties ont travaillé d’arrache-pied pour parvenir à s’entendre avant le déclenchement d’une grève qui aurait inévitablement causé des inconvénients et aurait eu des répercussions sur notre clientèle », a expliqué M. Normand.

Négociations intensives

Plus tôt cette semaine, le président du syndicat des chauffeurs, Ghislain Dolbec, avait déclaré que les négociations avec la partie patronale faisaient du surplace. Rémy Normand avait pour sa part mentionné qu’il avait bon espoir d’en arriver à une entente d’ici lundi.

« Je pense qu’on va entrer dans une phase plus intensive, je vais le dire comme ça. À partir de maintenant, je pense que tout le monde souhaite avoir un règlement, malgré le discours qu’on peut entendre, et on va travailler dans ce sens-là à partir de maintenant », avait dit le président de la société de transport.

Le RTC et le SETPQM s’étaient entendus sur les services essentiels à offrir en cas de grève. Leur proposition commune avait été approuvée mercredi par le Tribunal administratif du travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Transport en commun