•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soupçons de corruption chez Bombardier en Suède

Evgeny Pavlov, un employé de Bombardier, arrêté en Suède

Photo : Agence de presse TT / Soren Andersson

Radio-Canada

Les autorités suédoises ont arrêté un employé de Bombardier de nationalité russe, en raison de soupçons de corruption dans un projet ferroviaire en Azerbaïdjan, a confirmé le procureur de la poursuite Thomas Forsberg à Radio-Canada.

Un texte de Gino Harel et Luc Tremblay d’Enquête

L'homme a comparu au tribunal de Stockholm.

Plusieurs autres employés de Bombardier en Suède ont été interrogés dans cette affaire, toujours selon le procureur suédois. L'employé d'origine russe est quant à lui détenu, car les autorités craignent qu'il fuie le pays.

Des contrats signés par Bombardier pour un projet ferroviaire en Azerbaïdjan soulèvent de nombreuses questions. La facture d’équipements expédiés dans ce pays du Caucase a été gonflée par un mystérieux intermédiaire.

La facture a été gonflée de plus de 400 % par rapport à son prix d’origine, selon notre enquête qui s’appuie sur des documents obtenus par la télévision publique suédoise SVT et la TT News Agency, et partagés avec l’émission Enquête.

Les documents concernent un vaste projet de modernisation du réseau ferroviaire de l'Azerbaïdjan : des centaines de millions de dollars, financés en grande partie par la Banque mondiale.

La justice suédoise soupçonne que des actes auraient été posés pour favoriser Bombardier dans l’appel d’offres et que des pots-de-vin auraient été payés à des fonctionnaires en Azerbaïdjan.

Au coeur de la transaction se trouvent deux filiales de Bombardier Transport, en Suède et en Russie.

Bombardier Transport est présente en Russie depuis de nombreuses années. C’est la filiale russe Bombardier Transportation (Signal) Ltd - à la tête d’un consortium - qui a décroché un important volet du chantier en Azerbaïdjan. Le contrat : installer dans 46 gares du pays de nouveaux systèmes d’enclenchement informatisés qui servent dans la signalisation ferroviaire.

Ces équipements de signalisation sont fournis par une autre filiale de Bombardier, en Suède.

Bureaux de Bombardier à Stockholm, en SuèdeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bureaux de Bombardier à Stockholm, en Suède

Photo : Agence de presse TT / Henrik Montgomery

La mystérieuse société-écran

Les documents que nous avons consultés révèlent des faits troublants sur l’utilisation d’une société-écran dans les transactions.

Sur papier, Bombardier Suède ne vend pas ces équipements directement à Bombardier Russie. La vente se fait par l'intermédiaire d’une autre compagnie : Multiserv Overseas, constituée au Royaume-Uni.

Mais Multiserv Overseas n'a ni employé sur place ni de bureaux.

Dans un premier contrat, Bombardier en Suède a vendu les équipements de signalisation pour les 46 gares à Multiserv pour environ 19 millions de dollars américains. Multiserv a ensuite revendu les mêmes équipements à Bombardier en Russie pour 104 millions américains. Une différence d’environ 85 millions.

Beaucoup d’argent aurait passé dans Multiserv et une partie aurait servi à payer des pots-de-vin, croit la justice suédoise.

L’utilité de l’intermédiaire selon Bombardier

À nos collègues suédois, le mois dernier, Bombardier Transport a expliqué que la firme Multiserv fournit divers éléments dans le projet, notamment la logistique entourant la livraison.

Bombardier a assuré avoir fait les vérifications d’usage au sujet de son fournisseur britannique et qu’il était en règle.

En fouillant de plus près sur l’entreprise, on remarque qu’elle est détenue par une compagnie du Bélize.

Selon nos informations, cette société a aussi des liens d’affaires dans divers autres paradis fiscaux et avec des gens d’affaires russes.

Nous avons demandé une entrevue à Bombardier sur les éléments que nous avons découverts à propos des contrats pour le projet en Azerbaïdjan. Nous sommes en attente d’une réponse.

Dans un communiqué publié vendredi, Bombardier Transport confirme sinon que certains de ses employés ont été interrogés par la police suédoise.

« À ce moment-ci, il est prématuré de faire une quelconque déclaration sur l’enquête [...] Nous continuerons de coopérer pleinement avec les autorités suédoises et fournirons les informations supplémentaires lorsque cela sera possible et approprié. Comme toujours, nous nous engageons à nous conformer à toutes règles, exigences et à nos propres normes éthiques », écrit la porte-parole de Bombardier Transport, Claas Bellin.

Retrouvez tous les contenus de l'émission Enquête  

International