•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sénateur Don Meredith blâmé pour une relation avec une adolescente

Le sénateur Don Meredith

Le sénateur Don Meredith

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un rapport d'enquête sénatorial conclut que le sénateur Don Meredith a manqué à son code d'éthique en entretenant une relation intime avec une mineure.

L’enquête a été déclenchée en 2015 après qu’une jeune femme de 18 ans eut raconté au Toronto Star qu’elle avait eu des rapports sexuels dès l’âge de 16 ans avec le sénateur.

Dans son rapport rendu public jeudi soir, la conseillère sénatoriale Lyse Ricard écrit que Don Meredith s’est « servi de l’ascendant, du prestige et de la notoriété de sa charge, de même que de la position relative de pouvoir que lui conférait son statut d’adulte bien plus âgé afin d’attirer ou de séduire Mme M., une adolescente, qui, en raison de son âge, était suffisamment vulnérable ».

Ainsi, Lyse Ricard estime que le sénateur Meredith « n’a pas respecté les normes les plus élevées de dignité inhérentes à la charge de sénateur » et que sa conduite « a déprécié l’institution du Sénat ».

Un rapport détaillé

Pour parvenir à ces conclusions accablantes, Mme Ricard a entendu deux versions totalement différentes : celle de la jeune femme et celle du sénateur. La commissaire a jugé le témoignage de la plaignante précis et crédible, étant donné qu’il était corroboré par des messages textes et des courriels. En revanche, celui du sénateur lui a paru incohérent.

Le rapport dévoile les détails de la relation qui a duré de 2013 à 2015. Il révèle que le sénateur, aussi pasteur pentecôtiste, aurait connu la jeune fille en février 2013 dans une église. L’adolescente avait alors 16 ans et lui, 48 ans.

À ce moment, le sénateur aurait donné son numéro de téléphone à l’adolescente. Au cours des semaines suivantes, les deux auraient commencé à échanger des messages et les communications se seraient intensifiées.

Selon le témoignage de la jeune femme, des conversations vidéo par Skype ainsi que sur l’application Viber seraient devenues explicitement sexuelles au fil des semaines.

Elle affirme que la première relation sexuelle s’est déroulée en août de cette même année. Une information niée par le sénateur.

Don Meredith a pris connaissance des conclusions du rapport et affirme prier pour demander pardon. Un processus disciplinaire sera enclenché pour qu’un comité de cinq sénateurs détermine quelle sanction devra lui être imposée.

Don Meredith, nommé au Sénat en 2010 par Stephen Harper, a été exclu du caucus conservateur en 2015. Il est visé par une autre enquête concernant des allégations de harcèlement sur des membres de son personnel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Ontario

En cours de chargement...