•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une attestation d'études collégiales pour 13 femmes des communautés autochtones du Témiscamingue

(De gauche à droite) Sharlene Chief, étudiante, Nathalie Murray, enseignante, Jennilee Wahsquonaikezhik, étudiante.
(De gauche à droite) Sharlene Chief, étudiante, Nathalie Murray, enseignante, Jennilee Wahsquonaikezhik, étudiante. Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu

Treize femmes de trois communautés autochtones du Témiscamingue devraient recevoir en juillet une attestation d'études collégiales (AEC) en éducation au service à l'enfance. Depuis mai 2016, le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue offre la formation en anglais par visioconférence dans les communautés de Timiskaming First Nation, Long Point First Nation et Kebaowek.

Avec les informations de Tanya NeveuTwitterCourriel 

Dans cinq mois, ces femmes obtiendront leur diplôme. Aujourd'hui, au CPE Pidaban dans la communauté de Timiskaming First Nation, elles apprennent à détecter les enfants à besoins particuliers.

L’enseignante au Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue, Nathalie Murray, fait la rotation des trois territoires afin d'évaluer ses étudiantes, qui pour la plupart, effectuent un retour aux études.

Elle explique qu’elle doit adapter la formation en fonction des besoins des communautés.

« On a aussi adapté le programme dans le sens où ce sont deux jours de classe et trois jours appliqué en garderie », explique-t-elle.

Concilier famille, études et travail

Jennilee Wahsquonaikezhik fait partie des étudiantes du programme. Elle a cinq enfants. Suivre la formation de chez elle permet à la jeune mère de concilier les études et la famille. « Moi j'aime ça! Je reste dans la maison avec mes enfants », explique-t-elle.

Sharlene Chief travaille pour sa part au CPE Pidaban depuis quelques années. En obtenant une certification, son salaire sera bonifié. « Je travaille ici, mais je n'ai pas mon diplôme. Je le voudrais pour continuer à travailler ici. J'aime travailler avec les enfants », soutient-elle.

L'AEC permettra à ces femmes de devenir éducatrices dans les CPE, mais leur donnera aussi accès aux postes d'aide-enseignante dans les communautés autochtones.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones