•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pression citoyenne à Pointe-aux-Outardes pour lutter contre l’érosion des berges

Récolte de signatures pour faire pression sur le ministre Coiteux dans le dossier de l'érosion des berges à Pointe-aux-Outardes.

Récolte de signatures pour faire pression sur le ministre Coiteux dans le dossier de l'érosion des berges à Pointe-aux-Outardes.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Comité pour des solutions à l'érosion des berges de Pointe-aux-Outardes a intercepté les automobilistes entre 7 h et 10 h, jeudi matin, pour amasser des signatures en appui à sa démarche.

Un texte de François Robert

Le comité demande au gouvernement de compléter un projet entamé en 2010 pour contrer l'érosion des berges, en particulier sur les terrains de la rue Labrie.

Les signatures seront envoyées au ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, Martin Coiteux. Le regroupement de citoyens attend des réponses à ses demandes.

Selon le porte-parole du groupe, Jean-Sébastien Fournier, « Le gouvernement doit respecter son protocole d'entente signé en 2010, plutôt que de nous jeter dans une étude de l'UQAR qui nous promet de nous donner un résultat qu'on connaît déjà, en 2020, donc 10 ans plus tard d'une promesse signée en 2010 avec tous les ministres, les responsables, tous les gens qui sont concernés de près ou de loin là-dedans. »

Selon ce protocole d’entente, le ministère de la Sécurité publique devait investir plus de 2 240 000$ pour contrer l'érosion des berges dans le secteur de Pointe-aux-Outardes. Un ouvrage de protection constitué d'épis devait notamment être mis en place sur près d'un kilomètre, le long de la rue Labrie.

Jean-Sébastien Fournier et ses voisins voient leur terrain rétrécir chaque fois qu'une tempête frappe la côte, à Pointe-aux-Outardes.

Toujours de l'érosion, toujours des problèmes, toujours du terrain qui descend. Dans le fond, des pertes à chaque tempête, rien de plus, rien de plus concret que ce qu'on a en ce moment. Si on peut parler de tempête ou d'alerte météo, automatiquement il y a une répercussion chez nous

Jean-Sébastien Fournier, porte-parole du Comité pour des solutions à l'érosion des berges de Pointe-aux-Outardes

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !