•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire « est le seul parti où je suis chez moi », dit Nadeau-Dubois

Le reportage de Mathieu Dion
Radio-Canada

Gabriel Nadeau-Dubois a officialisé son ralliement à Québec solidaire (QS) en annonçant son intention de briguer l'investiture du parti dans Gouin en vue de l'élection complémentaire. Il a du même souffle annoncé son intention de briguer un des deux postes vacants de porte-parole de QS.

En conférence de presse au musée Pointe-à-Callière, l’ancien leader étudiant affirme que c'est après une longue réflexion qu'il a décidé de se joindre à QS, parce qu’il est de gauche, indépendantiste, et parce qu’il est temps de « sortir la classe politique actuelle qui depuis 30 ans a trahi le Québec ».

« Pour moi, être de gauche, ça veut dire être – dans tous les débats – du côté du monde ordinaire, mais aussi du côté des mal pris, des oubliés. Être de gauche, c’est être du côté des gens qui ont perdu leur emploi en région et en ville à cause du libre-échange », a-t-il expliqué.

« Cette classe politique a trahi le Québec, a-t-il déclaré. Elle a toujours choisi ses amis – les grandes entreprises, les firmes d’ingénieurs, les lobbys de médecins – plutôt que le peuple du Québec. Elle a choisi l’obsession du déficit zéro, quitte à mettre les enfants du Québec dans des écoles en ruine, quitte à surcharger les enseignantes ».

Gabriel Nadeau-Dubois estime que pour réaliser le projet de société que s'est donné QS, il faut réaliser l'indépendance du Québec. « Je suis convaincu que le Québec peut devenir un lieu où tout le monde vit bien », explique-t-il.

Je suis tout aussi convaincu que beaucoup des changements importants qu’on doit faire au Québec, on ne pourra les faire à l’intérieur du Canada : sortir du pétrole, revoir nos accords commerciaux et financer la culture à l’ère d’Internet.

Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois attaque également les positions identitaires des autres partis, les accusant de diviser les Québécois à des fins électorales.

Il affirme que pour lui, être de gauche, « c’est être du côté de ceux qui sont stigmatisés en raison de la religion qu’ils pratiquent ».

M. Nadeau-Dubois n’a toutefois pas précisé s’il se rangeait malgré tout derrière la position traditionnelle de QS en matière d’accommodements raisonnables, qui est calquée sur les conclusions de la Commission Bouchard-Taylor - notamment l’interdiction des signes religieux ostentatoires pour les personnes en position d’autorité comme les policiers, les juges et les gardiens de prison.

Quel avenir pour la convergence?

Aujourd’hui âgé de 26 ans, M. Nadeau-Dubois briguera la circonscription laissée vacante par la cofondatrice et co-porte-parole de Québec solidaire Françoise David, qui a annoncé son départ de la vie politique le 19 janvier dernier en invoquant des raisons de santé.

M. Nadeau-Dubois arrive au sein de QS avec des projets pour permettre au parti de « passer à une nouvelle étape ». Il en propose trois qui, croit-il, permettront au parti de devenir une véritable force politique au Québec:

  • Sortir le parti de l’île de Montréal et rejoindre les électeurs des régions
  • Former une équipe de candidats établis
  • Modifier le militantisme de QS afin d’attirer plus de militants et des membres des communautés culturelles

Le nouveau candidat au poste de porte-parole de QS estime que le parti doit se rapprocher d'Option nationale (ON).

« Pour moi, ON et QS partagent sur le plan des valeurs, le plan des principes, le même projet de société », a-t-il déclaré au cours de sa conférence de presse.

Sans fermer la porte au PQ, M. Nadeau-Dubois a indiqué qu’un rapprochement avec cette formation politique serait plus difficile.

« Il y a actuellement un processus de dialogue en place entre QS et PQ, je crois à ce processus, je compte participer à ces discussions, a-t-il indiqué.

« Mais il y a une différence majeure : QS partage avec ON un projet de société. Où loge le PQ aujourd’hui ? se demande-t-il. C’est un parti qui a changé son fusil d’épaule » sur plusieurs sujets, a-t-il souligné.

« Le PQ et QS ne partagent pas les mêmes principes fondamentaux, poursuit M. Nadeau-Dubois. Ce n’est pas pour rien que ces deux partis-là évoluent en parallèle », a-t-il souligné.

M. Nadeau-Dubois accuse le PQ de sacrifier les principes dans un but électoraliste. « Dans les dernières années, on regarde la direction du parti et on a l’impression que la seule préoccupation c’est de prendre le pouvoir le plus vite possible, peu importe les conséquences, peu importe les conditions. »

Leur position a changé sur les hydrocarbures, sur l’équilibre budgétaire, sur l’accession à l’indépendance, sur la question identitaire. C’est beaucoup plus difficile de s’entendre avec un parti comme ça.

Gabriel Nadeau-Dubois

« Ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas s’entendre de manière ponctuelle, a-t-il poursuivi. Mais, toute union, toute fusion derrière un programme commun, ça me semble impossible parce que les valeurs ne sont pas les mêmes ».

Gabriel Nadeau-Dubois a attaqué la direction du chef du PQ, Jean-François Lisée, dont il a du mal à suivre les actions.

C’est bien beau être un bon stratège, être habile politiquement, encore faut-il être capable de dire clairement quels sont nos principes.

Gabriel Nadeau-Dubois

On se montre ouverte à envisager un « rapprochement » avec Québec solidaire « dans la mesure où certains changements seraient apportés à sa démarche indépendantiste ».

« Si M. Nadeau-Dubois était élu comme porte-parole de QS et s’il parvenait à convaincre la base militante de son parti de faire un pas vers nous, ce serait une avancée importante, enthousiasmante et mobilisatrice pour le Québec, » a indiqué le chef d’ON, Sol Zanetti.

Entrevue avec Gabriel Nadeau Dubois à 24|60

Élection partielle dans Gouin

Québec solidaire doit désigner le 26 mars le candidat qui représentera le parti dans la circonscription de Gouin à la prochaine élection partielle.

Françoise David représentait cette circonscription depuis l'élection de septembre 2012, où elle l'avait emporté devant le péquiste Nicolas Girard.

QS devrait remporter aisément l'élection partielle, qui se tiendra d'ici au 19 juin en vertu de la loi électorale, puisque le Parti québécois a décidé de ne pas présenter de candidat dans cette circonscription qui a presque toujours boudé les libéraux.

Les autres partis réagissent

« Si Québec Solidaire veut faire oublier que Gabriel Nadeau-Dubois reste celui qui a toujours refusé de condamner les actes de violence des carrés rouges lors du conflit étudiant, les Québécois, eux, ne l'oublieront pas », a fait savoir Charles Robert, directeur des relations avec les médias au cabinet du premier ministre Philippe Couillard.

De son côté, la CAQ affirme que « l’arrivée de M. Nadeau-Dubois mettra encore plus en évidence le côté ‘’passé date’’ du PQ ».

« Les péquistes veulent s’allier avec un parti contre le libre-échange et contre la défense des valeurs québécoises, alors qu’ils disent exactement le contraire », a affirmé Guillaume Simard-Leduc, directeur des relations avec les médias de l’aile parlementaire de la CAQ.

« Puisque le PQ est le parti d’une seule idée, et que cette idée est expirée, ce genre de paradoxe ne peut que se multiplier. Jean-François Lisée était déjà dur à suivre. Maintenant, il est dans un cul-de-sac », conclut-il.

Le député du Parti québécois Pascal Bérubé est prêt à faire équipe avec Gabriel Nadeau-Dubois pour faire mordre la poussière au gouvernement libéral. « On devrait travailler là-dessus et moi, comme l’ensemble des membres du Parti québécois, on est prêt à échanger avec les gens de Québec solidaire. Ce sont des gens de bonne volonté, comme nous, et je suis convaincu que les membres de Québec solidaire sauront dire à leurs députés qu’on a tout à gagner à essayer de trouver ensemble une façon de battre le gouvernement libéral. »

Politique provinciale

Politique