•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'électronique peine à attirer les femmes

La Journée découverte des métiers de l'électronique.

La Journée découverte des métiers de l'électronique.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est un total hasard si la première Journée découverte des métiers de l'électronique a lieu un 8 mars, Journée internationale des femmes. Ce qui ne l'est pas, c'est le faible nombre de femmes présentes mercredi à Shawinigan lors d'une activité visant à mettre en contact des finissants avec des employeurs du domaine de l'électronique, où les femmes sont à peu près absentes.

Parmi la cinquantaine de finissants qui ont été recrutés pour rencontrer les représentants des entreprises qui ont des postes à pourvoir, seulement trois étaient des femmes.

Amélie Richard qui termine des études en technologie de l'électronique était du nombre. « Je trouve ça plate parce qu'il y en a qui pourraient avoir un potentiel énorme à être dans ces domaines-là et elles n'osent pas », dit t-elle.

Elle a été elle-même confrontée à cette réalité lorsqu'elle songeait à s'inscrire au programme. « Les premières questions qu'on me posait, c'était : "Ça ne te dérange pas qu'il n'y ait pas de filles?" Puis je me disais : "C'est quoi, parce qu'il n'y a pas de filles là-dedans, je ne devrais pas avoir le droit, il faudrait que j'aille peur, que je recule?" »

Amélie Richard, finissante en technologie de l'électroniqueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Amélie Richard, finissante en technologie de l'électronique

Photo : Radio-Canada

Les femmes d'abord

Pourtant, les femmes ont de bonnes perspectives d'emploi dans ce domaine. La plupart des entreprises les favorisent, remarque Alexandra Tolza du Comité sectoriel de la main-d'oeuvre de l'industrie électrique et électronique (Élexpertise).

Les directeurs de ressources humaines adorent ça quand c'est des filles qui sont en sciences. C'est sûr que le CV passe au-dessus d'un gars, justement pour ce besoin d'équilibre en entreprise.

Alexandra Tolza, chargée de projets, Élexpertise
Des employées de Synapse Électronique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des employées de Synapse Électronique.

Photo : Radio-Canada

Une fleur en cadeau

« Tout ce qui est technique, c'est rendu très masculin », confirme la directrice marketing et développement des affaires chez Synapse Électronique, Eugénie Houle Roy.

Dans cette entreprise spécialisée dans la fabrication de circuits électriques, le déséquilibre est marqué. Si bien que les femmes sont des ressources rares dont on prend soin. Chacune d'elles reçoit une fleur le 8 mars.

Des besoins criants

L'entreprise connait une importante croissance grâce aux progrès technologiques et a de grands besoins de main-d'œuvre.

On est en recherche constante d'ingénieurs depuis un an et on recherche une femme. C'est un de nos critères je vous avouerais.

Eugénie Houle Roy, directrice marketing et développement des affaires, Synapse Électronique

Synapse Électronique estime que l'embauche d'une ingénieure lui permettra de dynamiser son équipe et la rendre plus hétéroclite.

Selon un reportage de Marie-Ève Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Société