•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'hommage rendu à une pionnière de l'aviation contesté en raison de son passé nazi

Chargement de l’image

La pilote Hanna Reitsch faisant un salut allemand.

Photo : German Federal Archives/Schwahn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une pionnière allemande de l'aviation - et sympathisante nazie notoire - sera honorée ce week-end dans plusieurs endroits du monde, notamment à Lachute, dans les Laurentides. Des voix s'élèvent pour réclamer l'annulation de l'événement, mais ses organisateurs n'en démordent pas.

« Hanna Reitsch était une pilote extraordinaire », estime Mireille Goyer, fondatrice et présidente de l'Institut des femmes de l'air du monde (WOAW), qui coorganise les célébrations.

La mémoire de la première femme pilote d'hélicoptère, décédée en 1979, sera soulignée par près de 50 000 femmes à travers le monde. Au Québec, environ 800 femmes se rassembleront pour honorer la pilote cette fin de semaine à l'aéroport de Lachute, au nord-ouest de Montréal.

« Si vous souhaitez parler de sa participation controversée à l'histoire, pour moi, ce n'est pas important », a-t-elle ajouté lors d'un entretien avec CBC.

« Je regarde tout ce qu'[Hanna Reitsch] a accompli en ce qui a trait au pilotage. »

— Une citation de  Mireille Goyer, présidente de l'Institut des femmes de l'air du monde

Par ailleurs, la biographie d'Hanna Reitsch sur le site de l'Institut des femmes de l'air du monde (Nouvelle fenêtre) omet de mentionner le passé nazi de la femme, dont sa relation avec Adolf Hitler. Le dictateur l'avait décorée de la Croix de fer de première classe, faisant d'elle la seule femme ayant reçu cette distinction militaire allemande.

Mireille Goyer justifie cette omission en affirmant que son organisation ne « fait pas de déclaration politique » et en soulignant les autres réalisations de la pilote, qui a notamment ouvert une école d'aviation au Ghana.

Le site Internet de l'Institut renvoie toutefois à un autre site web qui relate le passé nazi de Mme Reitsch.

Changer l'événement

B'nai Brith, une organisation qui représente les intérêts de la communauté juive, ne voit pas les choses de la même façon. L'organisation réclame des excuses et s'oppose à la tenue de l'événement.

Pour la directrice nationale de B'nai Brith, Amanda Hohmann, ces célébrations sont « très troublantes ». « L'idée d'utiliser une "héroïne nazie" comme un modèle à suivre pour les femmes est absolument inapproprié », dit-elle.

« C'est très insultant pour les millions de personnes qui ont été tuées par les nazis. Je ne crois pas qu'elles trouveraient insignifiant que quelqu'un qui est complice d'un génocide soit aujourd'hui honoré », ajoute-t-elle.

Amanda Hohmann a demandé que les célébrations mettent l'accent sur autre chose qu'Hanna Reitsch - « cela pourrait être une bonne occasion de faire de l'éducation, surtout avec la montée de l'antisémitisme » - , mais reconnaît qu'il est sans doute trop tard.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La pilote Hanna Reitsch, qui était nazie selon des historiens.

Photo : Getty Images / Keystone/Hulton Archive

Près d'Adolf Hitler, dit un historien

Professeur d'histoire à l'Université Washington de Saint-Louis, Jean Allman reconnaît les exploits de Mme Reitsch en aviation. « Mais on se souvient d'elle comme d'une proche d'Adolf Hitler, en plus d'avoir été celle qui a conduit le dernier avion à l'extérieur de Berlin lorsque la guerre tirait à sa fin », ajoute-t-il.

M. Allman rappelle également qu'Hanna Reitsch a refusé de former les femmes à son école, lors de son passage au Ghana. Elle ne s'est par ailleurs jamais excusée pour le rôle qu'elle a joué sous le régime nazi, dit-il.

« Elle n'a jamais reconnu qu'elle a participé à cela. Elle a seulement tourné la page », ajoute le professeur.

Avec les informations de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.