•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes touchent 0,87 $ pour chaque dollar gagné par les hommes

Des couturières cousent des manteaux Canada Goose, en Ontario, en 2012.

Les femmes ont tendance à être surreprésentées dans les professions faiblement rémunérées, observe Statistique Canada.

Photo : Reuters / Fred Thornhill

Radio-Canada

Statistique Canada a publié mercredi les résultats d'une étude sur la situation des femmes au travail, en fonction de chiffres colligés en 2015. Et bien qu'elles permettent de mesurer les progrès accomplis, ces données illustrent la persistance des inégalités, notamment en ce qui a trait à l'écart salarial.

Ainsi, l'étude révèle qu'en 2015, les femmes gagnaient en moyenne 26,11 $ de l'heure, contre 29,86 $ pour les hommes.

« Ces chiffres correspondent à un ratio de la rémunération entre les femmes et les hommes de 0,87, ce qui signifie que les femmes touchaient 0,87 $ pour chaque dollar que gagnaient les hommes », peut-on lire dans le document Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe.

Le ratio salarial femmes-hommes a tendance à s'améliorer avec l'augmentation du niveau de scolarité, notent les chercheurs. Ainsi, en 2015 toujours, le ratio salarial femmes-hommes était de 0,74 pour les personnes sans diplôme d'études secondaires, comparativement à 0,88 pour les personnes détentrices d'un baccalauréat.

Cependant, même parmi les travailleurs détenant plus qu'un baccalauréat, les femmes touchent 0,90 $ pour chaque dollar que gagnent les hommes.

À titre comparatif, en 1981, les travailleuses gagnaient 0,77 $ pour chaque dollar gagné par les hommes, signe que l'écart salarial a rétréci de 0,10 $ en 34 ans.

Des choix professionnels dits traditionnels

Pour tirer ses conclusions, Statistique Canada s'est appuyé sur les données de l'Enquête sur la population active qui se concentre sur les personnes âgées de 25 à 54 ans.

Les femmes ont tendance à être surreprésentées dans les professions faiblement rémunérées et sous-représentées dans celles hautement rémunérées.

Extrait du chapitre "Les femmes et le travail rémunéré" dans Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe

Encore maintenant, les femmes ont tendance à travailler dans des domaines considérés comme étant traditionnellement féminins : l'enseignement, les sciences infirmières, le travail social, les ventes, les services et l'administration.

En 2015, révèle l'étude, 56 % des femmes se trouvaient dans ces domaines contre 17 % des hommes. En 1987, les chiffres à cet égard étaient sensiblement les mêmes.

En 2015, la proportion d'hommes occupant des emplois professionnels dans le domaine des sciences naturelles et appliquées s'élevait à 75,6 % contre 24,4 % des femmes.

Entrevue avec l'économiste Rita Dionne-Marsolais

Photo : Radio-Canada

Les cadres, surtout des hommes dans le privé

En ce qui a trait aux postes de cadres supérieurs, dans le secteur public, ils étaient occupés dans 54 % des cas par des femmes. Dans le secteur privé, par contre, la proportion des femmes chutait à 25,6 %. Ce qui montre l'impact qu'a eu la législation fédérale et provinciale sur l'équité en matière d'emploi dans la fonction publique.

Lorsqu'il a constitué son cabinet en 2015, le premier ministre Justin Trudeau a posé un geste fort en nommant 15 ministres femmes et autant d'hommes.

Malgré tout, au Parlement, près des deux tiers des députés sont des hommes. « Nous devons faire beaucoup plus pour encourager et amener plus de femmes à siéger en tant que députées », a déclaré M. Trudeau lors d'une conférence de presse.

Avec les informations de Agence France-Presse, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Société