•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Coalition pour l'équité salariale du N.-B. rappelle ses engagements au gouvernement Gallant

Johanne Perron
Johanne Perron, directrice générale de la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick, estime qu'il y a encore des progrès à faire en la matière dans la province. Photo: Radio-Canada / Vincent Lehouillier

En cette Journée internationale de la femme, la Coalition pour l'équité salariale du Nouveau-Brunswick rappelle que certaines travailleuses dans le secteur public de la province attendent toujours l'équité salariale.

La loi provinciale sur l'équité salariale a été adoptée en 2009 par le gouvernement libéral de Shawn Graham. En 2011, sous les progressistes-conservateurs de David Alward, on a commencé l'évaluation des postes majoritairement occupés par des femmes. Durant la campagne électorale de 2014, les libéraux de Brian Gallant ont promis de mettre en oeuvre la loi sur l'équité salariale, s'ils formaient le prochain gouvernement.

Johanne Perron, directrice générale de la Coalition pour l'équité salariale, se réjouit des ajustements annoncés par le gouvernement Gallant l’été dernier pour les travailleuses de soutien en éducation et pour les sténographes judiciaires, mais selon elle il reste encore des progrès à faire.

« Cependant, on a encore plusieurs groupes qui attendent les résultats de leur équité salariale, de leur évaluation de poste. On dirait que c’est à peu près moitié-moitié pour ce qui est des parties un, deux et trois [de la loi], c’est-à-dire les ministères, l’éducation et la santé. Pour ce qui est des sociétés de la Couronne, on n’a pas vraiment d’indication d’où est-ce qu’on est rendu. On cherche de l’information, on n’en a pas. L’autre groupe pour lequel on s’inquiète, c’est les travailleuses non syndiquées », explique Johanne Perron.

Elle ajoute qu’elle ne voit toujours pas d’action concrète pour certains engagements du gouvernement, dont celui d’exiger des plans d’équité salariale des organismes et entreprises qui font affaire avec lui.

« On voit qu’apparemment il y a des discussions, des réflexions, de la recherche qui se font, mais on n’a pas encore fait de travail sur le terrain. Donc, on attend toujours pour ce qui est de cet engagement », affirme Johanne Perron.

La Coalition pour l'équité salariale souhaite aussi que le gouvernement instaure une loi pour contraindre les entreprises privées à adopter des plans d'équité salariale.

Le gouvernement « résolu à améliorer l'équité salariale »

En réponse à la demande de commentaire faite par Radio-Canada Acadie, le vice-premier ministre, Stephen Horsman, a réitéré l'engagement du gouvernement de mettre la Loi sur l'équité salariale en application dans tous les organes du gouvernement, sans toutefois préciser où le dossier en est rendu.

Dans une déclaration écrite, M. Horsman précise que l'amélioration de l'équité salariale « a été désignée comme un domaine d'intervention clé dans le Plan sur la famille ».

En outre, le gouvernement s'est engagé à examiner les moyens de faire progresser l’adoption de l’équité salariale par le secteur privé, ajoute le ministre Horsman.

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale