•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les appels à la bombe visant les institutions juives de London et Toronto sont les plus récents d'une longue liste d'incidents similaires

Photo : La Presse canadienne

Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les appels à la bombe de mardi en Ontario n'ont rien d'anodins et sont de plus en plus répandus, s'inscrivant dans un phénomène nord-américain.

Depuis le 4 janvier, la communauté juive au Canada et aux États-Unis est la cible d’appels à la bombe répétés. Selon les informations du site journalistique ProPublica.org (Nouvelle fenêtre), 130 menaces ont été enregistrées à 99 endroits différents.

 

Dans tous les cas, les autorités ont découvert que les menaces étaient sans fondement. On ne rapporte aucun blessé à la suite de ces appels menaçants.

Alors qu’il semblait d’abord que les appels soient un effort concerté et organisé, certains experts croient que des « copieurs » ont commencé à commettre ces actes par eux-mêmes. Si la majorité des appels sont faits à l’aide de voix artificielles ou de modificateurs de tonalité vocale, certains centres reçoivent maintenant des appels à la bombe par courriel.

Le centre communautaire juif de London, en Ontario, a été ciblé pour une deuxième fois mardi. Il l’avait aussi été le 1er février. Cet appel était le premier en terre canadienne.

Puis, le Canada a vécu un deuxième épisode semblable le 27 février, à Calgary.

Les événements de mardi à Toronto et à London représentent les troisième et quatrième appels du genre.

Efforts organisés

Il semble que les auteurs de ces menaces concentrent leurs efforts sur les écoles et les centres communautaires. De plus, ces appels semblent être faits en série.
Les journées du 27 février – 35 appels – et du 18 janvier – 27 appels – sont celles au cours desquelles il y en a eu le plus.

La côte est américaine est spécialement touchée, particulièrement du côté des États de New York, de la Floride et du New Jersey.

Pas que des appels non fondés

La vague d’antisémitisme ne prend pas uniquement la forme d'appels à la bombe anonymes et vides.

Le 20 février, un cimetière juif a été vandalisé à Saint-Louis, au Missouri. Environ 200 pierres tombales ont été endommagées.

Puis, six jours plus tard, le même sort a été réservé au cimetière juif de Philadelphie, le Mount Carmel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !