•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pipeline Dakota Access : la construction va de l’avant

Vue aérienne du camp Oceti Sakowin.
Vue aérienne du camp Oceti Sakowin. Photo: Reuters / North Dakota Joint Information Center/Handout
Reuters

Un juge fédéral américain a tranché en faveur de la continuation de la construction du dernier tronçon de l'oléoduc Dakota Access, près de Standing Rock, au Dakota du Nord.

Cette décision du juge du District de Washington, James Boasberg, va à l’encontre des demandes des bandes sioux de Standing Rock et de Cheyenne River qui tentaient d’arrêter la construction du pipeline, quelques semaines avant qu'il ne soit fonctionnel.

Les Autochtones voulaient que la cour ordonne au Corps des ingénieurs de l'armée américaine (USACE), qui administre ces terres, de retirer le droit de passage accordé à Energy Transfer Partners (ETP), la pétrolière derrière le projet de 3,8 milliards de dollars, pour installer l’oléoduc sous le lac Oahe, un réservoir du fleuve Missouri.

Les Autochtones soutenaient que le passage du pipeline sous le lac viole leur droit de pratiquer leurs cérémonies spirituelles, puisqu’elles demandent un accès à de l’eau propre, et que les autres sources d’eau des environs sont polluées.

L’administration Obama avait suspendu le projet de construction sous le lac Oahe. Mais ce projet a été relancé par un décret signé par le président Donald Trump quatre jours après son entrée en fonction.

ETP a commencé à forer sous le lac dès le 8 février. Le pipeline pourrait être fonctionnel dès le 13 mars.

 

Autochtones

Société