•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La caféine stimule une enzyme qui protège de la démence

Photo : iStock

Radio-Canada

Pas moins de 24 substances, dont la caféine, ont le potentiel de stimuler une enzyme dans le cerveau qui protège de la démence, ont montré des chercheurs de l'Université de l'Indiana à Bloomington, aux États-Unis.

Un texte d'Alain Labelle

L’effet protecteur de l’enzyme NMNAT2 a été découvert l’année dernière, et les substances qui peuvent la stimuler sont l’objet d’un article publié dans le journal Scientific Reports.

Ce travail pourrait aider à créer un médicament qui augmente les niveaux de cette enzyme dans le cerveau, produisant un effet protecteur chimique contre les effets débilitants des troubles neurodégénératifs.

Pr Hui-Chen Lu, Université de l’Indiana à Bloomington

L’année dernière, la même équipe avait mis au jour deux rôles clés de la NMNAT2 dans le cerveau :

  • une fonction protectrice pour protéger les neurones contre le stress;
  • une « fonction chaperon » pour combattre les protéines tau qui s'accumulent dans le cerveau sous forme de « plaques » en raison du vieillissement.

Les protéines tau sont associées à des maladies neurodégénératives comme l’alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique.

Afin d’identifier des substances susceptibles d'influer sur la production de l'enzyme NMNAT2 dans le cerveau, l'équipe du Dr Lu a examiné plus de 1280 composés, y compris les médicaments existants. Le résultat de ces analyses montre que 24 substances ont le potentiel d'augmenter la production de NMNAT2 dans le cerveau.

L’une de ces substances est la caféine, qui a également montré un effet positif sur la mémoire des souris qui avaient été génétiquement modifiées pour produire des niveaux élevés de protéines tau mal repliées.

D’autres travaux de l’équipe du Dr Lu avaient permis de constater que les souris modifiées pour produire des protéines tau produisaient également des niveaux inférieurs de NMNAT2.

Pour confirmer l'effet de la caféine, les chercheurs ont administré de la caféine à des souris modifiées pour produire des niveaux inférieurs de NMNAT2. Les résultats montrent que ces souris ont commencé à produire les mêmes niveaux de l'enzyme que les souris normales.

Un autre composé qui stimule fortement la production de NMNAT2 dans le cerveau est le rolipram, un médicament dont le développement comme antidépresseur a été interrompu au milieu des années 1990. Il reste d'intérêt pour les chercheurs en raison de plusieurs autres études montrant qu'il pourrait réduire l'effet des protéines enchevêtrées dans le cerveau.

Les autres molécules aux effets bénéfiques, mais moins clairement que ceux de la caféine et du rolipram, sont la ziprasidone (Geodon et Zeldox), la cantharidine, la wortmannine et l’acide rétinoïque (dérivé de la vitamine A).

Treize autres composés ont montré un potentiel pour baisser la production de NMNAT2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science