•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des documents de la CIA à nouveau sur WikiLeaks

Le hall de l'édifice de la CIA, à Washington.

Le hall de l'édifice de la CIA, à Washington.

Photo : La Presse canadienne / J. SCOTT APPLEWHITE

Associated Press

Le site WikiLeaks a mis en ligne mardi des milliers de pages qui auraient été dérobées au centre de cyber-renseignements de l'agence américaine du renseignement, la CIA.

L'Associated Press n'a toutefois pas été en mesure de confirmer l'authenticité des documents et la CIA a refusé de commenter. Par contre, ce ne serait pas la première fois que WikiLeaks met la main sur des documents secrets du gouvernement.

Des experts qui y ont jeté un coup d'oeil sont d'avis que les documents semblent légitimes et que leur publication risque d'ébranler la CIA.

WikiLeaks affirme que la CIA a « récemment » perdu le contrôle de plusieurs outils de piratage et des documents qui y sont associés. Le site ajoute que « l'archive semble avoir été partagée de manière illicite par d'anciens pirates du gouvernement américain et sous-traitants », et que l'un d'eux « a fourni à WikiLeaks une portion de l'archive ».

Les documents couvrent de multiples sujets, par exemple la méthode à utiliser pour prendre le contrôle d'un téléviseur intelligent pour en faire un appareil de surveillance improvisé. WikiLeaks dit que les documents détaillent également les efforts de la CIA pour infiltrer des logiciels et produits américains, comme l'iPhone d'Apple ou les plateformes Android de Google et Windows de Microsoft.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?  

Les documents incluraient aussi des techniques d'espionnage numérique empruntées à la Russie et à d'autres pays.

Ces détails pourraient miner la confiance des consommateurs envers les produits électroniques qu'ils utilisent tous les jours.

Un expert a prévenu que les dommages causés par la publication de ces documents sont déjà « très importants », mais que l'impact des autres promis par WikiLeaks pourrait être encore pire.

International