•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vie brisée par un accident de travail

Visage de Paul Beaudet

Paul Beaudet, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un homme de Trois-Rivières blessé à la suite d'un accident de travail est forcé de se tourner vers l'aide sociale pour nourrir sa famille parce que la Commission de la construction du Québec (CCQ) et la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la écurité du travail (CNESST) refusent de l'indemniser.

Paul Beaudet a travaillé pendant 20 ans comme tuyauteur dans le domaine de la construction. Depuis sa chute au travail en février 2015, il lutte contre la douleur.

Une vie qui bascule

« Mon médecin puis mon neurochirurgien ont dit que j'étais fini sur la construction, dit-il. Je ne peux pas refaire le métier que je faisais. »

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) l'a d'abord indemnisé. Les prestations ont ensuite pris fin lorsqu'un ergothérapeute de l'organisme aurait statué que les tâches de Paul Beaudet n'étaient pas incompatibles avec son problème de santé.

Pour l'homme, c'est un non-sens.

Un ergothérapeute est-il plus haut que mon médecin et que mon neurochirurgien?

Paul Beaudet, victime d'un accident de travail
Un document envoyé par Paul Beaudet à la CCQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un document envoyé par Paul Beaudet à la CCQ.

Photo : Radio-Canada

L'homme ne peut pas non plus être indemnisé par la CCQ, puisqu'il lui manque 16 heures de travail sur les 21 000 qu'il doit effectuer pour y être admissible.

C'est comme s'ils nous prennent pour des pions. On paie notre assurance sur la construction, mais quand c'est à eux de nous payer, ils essaient de trouver n'importe quoi pour ne pas le faire.

Paul Beaudet, victime d'un accident de travail

Réactions

Par souci de confidentialité, la CNESST n'a pas souhaité commenter le dossier. De son côté, la CCQ, sans se pencher sur ce cas précis, explique qu'elle applique les règles strictes décidées par règlement.

L'employeur de Paul Beaudet, le Groupe Maco, s'oppose à ce qu'il reçoive des indemnités de la CNESST. Jointe par téléphone, l'entreprise indique qu'elle aura des informations éclairantes à dévoiler lors d'une future audience dans cette affaire.

Sa cause sera entendue devant le Tribunal administratif du travail le 22 juin prochain.

D'après les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !