•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Calgary critiquée pour avoir protégé ses agents qui font l’objet d’une enquête

La directrice de l’Équipe d'intervention de l'Alberta en cas d'incidents graves (ASIRT), Susan Hughson, et le chef de la police de Calgary Roger Chaffin.
La directrice de l’Équipe d'intervention de l'Alberta en cas d'incidents graves (ASIRT), Susan Hughson, et le chef de la police de Calgary Roger Chaffin. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La directrice de l'Équipe d'intervention de l'Alberta en cas d'incident grave (ASIRT), Susan Hughson, reproche au Service de police de Calgary de protéger ses agents lorsque ceux-ci font l'objet d'une enquête.

L'ASIRT, qui est l’organe responsable de surveiller les activités de la police albertaine, a envoyé une lettre détaillant ses inquiétudes au chef de la police de Calgary, Roger Chaffin, le 26 janvier dernier.

La lettre a été obtenue par CBC en vertu de la Loi sur l’accès à l’information et la protection de la vie privée.

Dans celle-ci, la directrice de l’ASIRT reproche à la police calgarienne de révéler des informations aux avocats qui représentent ses agents avant la conclusion de l’enquête et avant que la Couronne ait décidé de porter ou non des accusations.

Une pratique qui, croit-elle, peut largement influencer le témoignage d’un policier qui fait l’objet d’une enquête.

De plus, la directrice de l’ASIRT critique le fait que la police de Calgary accepte que ses agents qui font l’objet d’une enquête apportent des témoignages qui ne peuvent être retenus contre eux.

La police de Calgary nie qu’elle protège ses agents

Le surintendant de la division de la police de Calgary qui s’occupait jusqu'à tout récemment du respect des standards de la profession, Steve Barlow, a déclaré que les agents qui font l’objet d’une enquête n’étaient pas traités différemment.

« Nos pratiques avec les agents et avec les membres du public sont les mêmes », a-t-il affirmé.

Tout ce que nous voulons au final, c’est la vérité.

Steve Barlow, police de Calgary

Dans sa lettre, la directrice de l’ASIRT mentionne que la division de la police qui s’occupe du respect des standards de la profession, en accord avec la Couronne, a récemment disculpé un agent faisant l’objet d’une enquête.

Selon elle, le fait que l'agent en question aurait eu droit de témoigner sans que ses propos puissent être retenus contre lui aurait influencé la décision de la Couronne de ne pas porter d’accusations.

De son côté, le Service de police de Calgary admet transmettre des informations aux avocats qui représentent ses agents et affirme que cela est pratique courante. Elle a toutefois souligné qu’elle mettrait fin à cette pratique, sans fournir de date précise.

Avec les informations de cbc

Alberta

Forces de l'ordre