•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Personne ne peut aujourd'hui m'empêcher d'être candidat », dit Fillon

L'ex-premier ministre français et candidat à la présidentielle française, François Fillon, s'adresse à ses partisans, sous la pluie, lors d'un rassemblement.

L'ex-premier ministre français et candidat à la présidentielle française, François Fillon, s'adresse à ses partisans, lors d'un rassemblement.

Photo : Reuters / Philippe Wojazer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle française dans la tourmente, a refusé dimanche de se retirer de la course, ajoutant que son projet était « le seul qui puisse permettre le redressement national ».

« Je ne vois pas de raison de le faire et, surtout, je pense profondément que le retrait de cette candidature aboutit à une impasse politique pour la famille qui est la mienne, c'est-à-dire pour la droite et le centre », a-t-il affirmé à France 2, tout en rappelant que la présidentielle aurait lieu dans près de 50 jours.

Selon lui, une possible candidature d'Alain Juppé, qui a perdu la primaire de la droite et du centre, ne correspondrait pas au choix des électeurs de la droite et du centre.

Ma candidature est toujours soutenue par une majorité d'électeurs de droite et du centre, c'est ce que je crois et je l'ai démontré cet après-midi.

Une citation de : François Fillon, candidat de la droite et du centre à la présidentielle française

« Personne ne peut aujourd'hui m'empêcher d'être candidat [...]. Le projet qui est le mien est le seul qui puisse permettre le redressement national », a soutenu l'ancien premier ministre, indiquant également ne pas être « autiste » et être conscient des obstacles auxquels il doit faire face.

Des milliers d'appuis à Fillon

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de Paris dimanche pour manifester leur soutien à ce candidat de la droite empêtré dans une affaire de versement de salaire pour des emplois fictifs à des membres de sa famille.

Il s’agit d’un rassemblement de la dernière chance pour le candidat qui voit ses appuis s’amenuiser dans son propre camp, depuis l’annonce de sa possible mise en examen prévue le 15 mars prochain.

François Fillon a notamment perdu son directeur de campagne, Patrick Stefanini, qui l’a d’ailleurs invité à se retirer, sans succès.

Le candidat de la droite, considéré jusqu’à tout récemment comme le favori dans la course présidentielle, recule sans cesse dans les sondages, qui laissent présager qu'il devra s'incliner dès le premier tour, notamment face à la chef du parti d'extrême droite, Marine Le Pen, et au socialiste Emmanuel Macron.

François Fillon a donc lancé un appel à ses partisans cette semaine, les invitant à ne pas se laisser « intimider » et à ne pas « abdiquer » face aux pronostics qui le donnent perdant.

La pluie battante n’a pas découragé les manifestants, qui se sont présentés par milliers en scandant « Fillon, tiens bon! », « On va gagner », « Fillon président ».

Des supporteurs de François Fillon brandissent des drapeaux de la France.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des supporteurs du candidat de droite à l'élection française, François Fillon, sont réunis à Paris.

Photo : Associated Press / Thibault Camus

L'examen de conscience de Fillon

Le principal intéressé s’est adressé à foule réunie à la place du Trocadéro en abordant d’entrée de jeu les allégations dont il fait l’objet. Devant ses partisans, il a reconnu qu’il avait commis une erreur « en hésitant sur la manière d’en parler ».

Évoquant les nombreuses défections parmi sa garde rapprochée, il a également affirmé qu’il avait le devoir de « s’interroger sur ceux qui doutent et qui ont quitté le navire », ajoutant qu'ils avaient une responsabilité « immense » au même titre que lui.

Mon examen de conscience, je l’ai fait. Aux hommes politiques de mon camp, je dirais à présent ceci : "Il vous revient maintenant de faire le vôtre. Laisserez-vous les passions du moment l’emporter sur les nécessités nationales?"

Une citation de : Le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon

François Fillon a toutefois ajouté qu’il « devait écouter cette foule immense qui [le] pousse vers l’avant ».

À vous mes amis, je dois la vérité. On m’attaque de toutes parts et je dois de conscience vous écouter.

Une citation de : François Fillon

Les observateurs soutiennent que la manifestation pourrait servir de baromètre pour jauger les appuis dont dispose toujours François Fillon au sein de la population.

L'affaire Fillon suscite la grogne en France et il y a eu une contre-manifestation à la place de la République pour protester contre la corruption des élus en marge du rassemblement de soutien à la place du Trocadéro.

Alain Juppé s'adressera à la presse lundi

L'ancien adversaire à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé, a annoncé sur Twitter qu'il ferait « une déclaration à la presse demain [lundi] à Bordeaux à 10 h 30 », sans donner plus de détails quant à la teneur de cette rencontre.

Le comité politique des Républicains, le mouvement de François Fillon, doit également se réunir lundi soir « pour évaluer la situation », depuis que le scandale sur la rémunération de la femme de Fillon a éclaté. M. Fillon se rendra d'ailleurs à cette rencontre.

La presse française avait par ailleurs rapporté que l'ancien président Nicolas Sarkozy et l'ancien premier ministre Alain Juppé s'étaient parlé samedi soir pour étudier « les sorties de crise » possibles pour la droite.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !