•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle BD du Rimouskois Jean-Sébastien Bérubé séduit les Français

La couverture de Comment je ne suis pas devenu un moine

La couverture de Comment je ne suis pas devenu un moine

Photo : Futuropolis/Jean-Sébastien Bérubé

Radio-Canada

Le bédéiste Jean-Sébastien Bérubé, originaire de Rimouski, connaît un grand succès en France depuis la publication européenne de la bande-dessinée Comment je ne suis pas devenu moine, au début du mois de février.

Un texte de Laurence Gallant

L'album publié aux éditions Futuropolis est la bande-dessinée du mois du journal Le Parisien et a passé tout près d'être la sélection de février pour le grand média européen RTL, en lice parmi des auteurs de bande-dessinée reconnus.

Jean-Sébastien Bérubé se dit surpris et heureux, d'autant plus que le bassin de bédéistes et de lecteurs en France est beaucoup plus grand, et qu'il s'agit d'une oeuvre très près de lui :

Je trouve ça absolument incroyable, je ne m’attendais pas du tout à ça.

Jean-Sébastien Bérubé, bédéiste
Jean-Sébastien Bérubé devant la table à dessinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Sébastien Bérubé devant la table à dessin

Photo : Courtoisie

Le bédéiste, également connu pour la série Radisson, a travaillé quatre ans sur sa nouvelle BD, qui s'étend sur 240 pages. Jean-Sébastien Bérubé a dû en même temps composer avec un sérieux problème de tendinite au bras : un défi qui a été très éprouvant pour l'auteur.

Sa réadaptation physique l’a d’ailleurs amené à changer sa façon de dessiner, pour éviter de se blesser à nouveau :

Comment je ne suis pas devenu moine, c’est comme un nouveau Jean-Sébastien Bérubé qui fait de la BD.

Jean-Sébastien Bérubé, bédéiste
La couverture de Comment je ne suis pas devenu un moineAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La couverture de Comment je ne suis pas devenu un moine

Photo : Futuropolis/Jean-Sébastien Bérubé

Comment je ne suis pas devenu moine raconte le voyage initiatique qu'a vécu l'auteur au Népal et au Tibet, alors qu’il s’intéresse au bouddhisme. Il se retrouve finalement confronté à une réalité bien différente de ce qu’il avait imaginé, dans sa recherche de spiritualité.

L’auteur dit « avoir tout donné » dans cette BD, et croit que les critiques ont apprécié le caractère très intime de son récit. Ils semblent également avoir été surpris par certains stéréotypes spirituels qui se retrouvent démontés dans Comment je ne suis pas devenu moine.

« Ce qui allume les critiques, c’est que le bouddhisme, en France, c’est très très à la mode. Les gens ont tendance à idéaliser cette religion, et moi, j’arrive avec un livre qui casse l’image du bouddhisme idéalisé, et ça a surpris tout le monde en France », explique-t-il.

Pour le bédéiste, le fait que Comment je ne suis pas devenu moine soit paru dans une maison d’édition française n’est pas étranger à son succès. Être publié directement en France représente un rêve professionnel qui se réalise pour Jean-Sébastien Bérubé : le réseau de distribution et sa visibilité s’en trouvent nettement bonifiés.

Le bédéiste Jean-Sébastien BérubéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le bédéiste est également connu pour la série Radisson, publiée par Glénat Québec

Photo : Courtoisie

Jean-Sébastien Bérubé, qui habite maintenant Montréal, dit avoir hâte de connaître la réception de son nouvel opus chez lui, alors que la parution québécoise est prévue le 15 mars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Livres