•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants de partout au Canada dénoncent la motion contre l'islamophobie

Des manifestants de partout au pays dénoncent la motion contre l'islamophobie

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzales

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des manifestations pour protester contre la motion M-103 opposée à l'islamophobie, déposée à la Chambre des communes en décembre dernier, se sont déroulées dans tout le Canada samedi midi. À Montréal et à Toronto, des défenseurs de la motion ont eux aussi manifesté.

Dans les deux villes, les manifestants et leurs opposants se sont livrés à une joute verbale.

À Montréal, la foule, qui s'était d'abord réunie devant l'hôtel de ville, comptait quelques centaines de personnes. Les participants à la contre-manifestation étaient même plus nombreux. Se disant contre toute forme de racisme, ceux-ci voulaient critiquer, entre autres, le fait que les groupes de droite utilisent le rassemblement comme prétexte pour exprimer leur intolérance.

Les manifestants, de leur côté, étaient tout d’abord représentés surtout par des personnes disant contester le fait que la motion M-103 brime la liberté d’expression, en interdisant de critiquer une religion plutôt qu’une autre. Ils ont toutefois été rejoints par des manifestants de droite, comme des membres du groupe Pegida et La Meute, ce qui a changé la couleur de la manifestation.

Les deux groupes se sont invectivés pendant un moment sous surveillance policière, puis tous les manifestants ont commencé à marcher vers la place Émlie-Gamelin, où ils ont continué à s'insulter.

Le rassemblement s'est dispersé vers 13 h 30. Des contre-manifestants ont ensuite brûlé les pancartes des manifestants laissées par terre.

Toronto

Des manifestants sont réunis à Toronto.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ 300 personnes sont sorties dans les rues de Toronto pour dénoncer l'islamophobie, en réaction à la manifestation prévue contre la motion M-103.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Simard

À Toronto, les participants à la contre-manifestation étaient aussi beaucoup plus nombreux, quelques centaines, alors que les manifestants, qui disent vouloir protéger tous les Canadiens en se basant sur la Charte des droits et libertés, étaient quelques dizaines.

Les deux groupes étaient séparés par des policiers, en grand nombre sur les lieux. Ces derniers ont procédé à quelques arrestations.

Heurts à Edmonton

Des tensions ont également éclaté sur la place Churchill à Edmonton, où se tenaient les manifestations pro et contre la motion. Une personne a été menottée et emmenée par la police, qui lui a finalement donné une amende.

La centaine de manifestants en faveur de M-103 s'est rapidement dispersée tandis que les tensions grimpaient. Des manifestants du camp adverse, appartenant à la Coalition canadienne des citoyens inquiets (CCC), ont déchiré une bannière appartenant à l'autre camp, ce qui aurait mis le feu aux poudres.

Québec

À Québec, une cinquantaine d'opposants à la motion, dont des représentants des groupes de droite, La Meute et Storm Alliance, ont manifesté dans les rues du Vieux-Québec. La manifestation s'est déroulée sous haute présence policière.

Une trentaine de personnes du Mouvement étudiant révolutionnaire étaient présentes pour s'opposer à la manifestation.

Des manifestants brandissent des pancartes pour la liberté d'expression.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des manifestants à Québec brandissent des pancartes pour la liberté d'expression.

Photo : Radio-Canada / Stéphanie Tremblay

Coalition canadienne des citoyens inquiets

Les manifestations ont été organisées par la Coalition canadienne des citoyens inquiets (Canadian Coalition of Concerned Citizens [CCCC]) et visaient à « protéger la démocratie et la liberté d'expression », selon la page Facebook du groupe.

Le groupe voulait dénoncer la motion M-103 contre l'islamophobie déposée à la Chambre des communes par la députée libérale de Mississauga-Erin Mills, en Ontario, Iqra Khalid.

La CCCC a insisté pour dire que les « bannières racistes et haineuses » et les slogans suprémacistes blancs n'étaient pas les bienvenus à l'événement, qui se voulait pacifique, selon le groupe.

Le texte de la motion M-103 appelle le gouvernement à « reconnaître qu'il faille endiguer le climat de haine et de peur qui s'installe dans la population » et « condamner l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémique ».

Cette motion, soumise il y a quelques mois, a pris un nouveau sens avec la récente fusillade meurtrière perpétrée au Centre culturel islamique de Québec.

Des rassemblements ont également eu lieu à Sherbrooke, à Trois-Rivières et à Saguenay.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !