•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude d'options binaires : un entrepreneur francophone d'Edmonton s'est suicidé

Frédérick Turbide
Frédérick Turbide Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un entrepreneur francophone d'Edmonton, Frédérick Turbide, s'est enlevé la vie en décembre après avoir perdu toutes ses économies en raison d'un investissement dans des options binaires. Ses proches ont décidé de parler publiquement de cette tragédie pour sensibiliser les Canadiens à ce type de fraude.

Les options binaires, c’est un type de pari. L’investisseur, via une firme, mise sur la baisse ou la hausse d’une action donnée sur une très courte période. Le rendement fonctionne selon le principe du tout ou rien. Le parieur peut gagner sa mise et une prime substantielle ou tout perdre.

Le suicide de M. Turbide en a pris plusieurs par surprise, alors que celui-ci était bien connu de la communauté edmontonienne. Son fils Tomas Ferreira ignorait tout de l’investissement. Il savait seulement que son père voulait placer un peu de ses économies en prévision de la retraite.

« Il devait prendre sa retraite cette année. Il venait d'avoir trois bonnes années avec son entreprise. Les choses allaient bien et il voulait investir un peu d'argent », raconte son fils.

Une firme israélienne d'investissements en options binaires lui a fait perdre toutes ses économies, soit plus de 200 000 $, indique sa famille.

Aucune firme accréditée au Canada

Aucune firme d’options binaires n’est accréditée au Canada. Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont même mis sur pieds un site Internet pour dénoncer les stratagèmes d’options binaires.

« La fraude sur les options binaires est l'un des principaux types de fraude financière auxquels sont exposés les Canadiens de nos jours, indique le président du Groupe de travail national sur les options binaires de l’ACVM, Jason Roy. [...] Ces individus qui opèrent de l’étranger veulent juste voler de l’argent. »

En plus, ces firmes obtiennent un accès direct aux comptes de leurs clients avec leur permission.

Dans le cas de Frédérick Turbide, l'entreprise 23Traders a continué de lui soutirer de l'argent, même après sa mort, selon ses proches.

Avant de se suicider, l’Edmontonien a laissé une lettre à sa femme, dans laquelle il blâme l'entreprise pour son geste.

La famille endeuillée souhaite que cette tragédie serve de mise en garde pour tous ceux qui pourraient être tentés par ce type d’investissement.

« Notre objectif, c’est d’empêcher que ça arrive à qui que ce soit d’autre en mémoire de mon père », conclut M. Ferreira.

Alberta

Suicide