•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bloc québécois : Ouellet mise sur l’opposition à Énergie Est

La candidate à la direction du Bloc québécois Martine Ouellet

La candidate à la direction du Bloc québécois Martine Ouellet

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

PRIMEUR - L'opposition à l'oléoduc Énergie Est sera la pierre angulaire de la campagne de Martine Ouellet. La candidate à la direction du Bloc québécois prétend qu'en cumulant les fonctions de députée indépendante et de chef de parti, elle parviendra à bloquer le projet.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy

« Le fait de travailler sur deux paliers est un avantage considérable pour démasquer l’action des fédéralistes pour le pétrole », a-t-elle indiqué, parlant d’actions « transparlementaires ».

Ses attaques sont principalement dirigées aux partis libéraux canadien et québécois. En 2015, lors de la campagne électorale, le Bloc s’en était pris au NPD de Thomas Mulcair. Les attaques de Mme Ouellet sont plus discrètes, notamment parce que le candidat à la direction du NPD, Peter Julian, a clairement indiqué qu’il s'opposera au projet.

Je vais le regarder aller. Je suis sceptique quant à sa capacité de concilier tous les intérêts, de pouvoir rassembler un large consensus dans un Canada pétrolier.

Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc québécois

Selon elle, il faut absolument s’opposer au projet, avant même la fin des audiences de l’Office national de l'énergie (ONE), et ce, même si l’organisme fédéral a fait table rase sur les audiences de l'oléoduc Énergie Est, qui devront reprendre depuis le début.

Carte du tracé projeté de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Carte du tracé projeté de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Photo : TransCanada

Énergie Est acheminera quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole des sables bitumineux sur 4600 km. Le tuyau traversera plus de 800 cours d’eau et rivières. Selon l’auteur du livre « Le piège Énergie Est », Éric Pineault, Énergie Est sera responsable de l’émission de 32 millions de tonnes de CO2 par année, soit l’équivalent de sept millions de véhicules.

« L’ensemble de la population du Québec incluant des maires de plusieurs municipalités représentant plus d’un million de personnes, est contre le projet, s’est insurgée Mme Ouellet. Il y a juste des fédéralistes à tout crin pour aller à l’encontre des intérêts québécois, pour faire plaisir aux intérêts pétroliers de l’Alberta et financiers de Toronto! »

D’ailleurs, une cinquantaine de groupes écologistes, des représentants du mouvement autochtone Idle No More et des politiciens québécois avaient signé l’année dernière une déclaration d’opposition au projet de pipeline Énergie Est de TransCanada.

Une étude « complètement farfelue »

Martine Ouellet accuse aussi le gouvernement Couillard d’avoir « coulé à La Presse » vendredi une étude favorable à Énergie est. Selon l’article, l’oléoduc Énergie Est entraînerait une hausse de 4,3 milliards de dollars du PIB du Québec sur dix ans et aurait un effet structurant sur l'ensemble de l'économie. L’étude qui n’a toutefois pas été rendue publique a été qualifiée de « préliminaire » par une porte-parole du ministère des Finances.

C’est une étude complètement, je cherche les mots, farfelue, biaisée. Elle se base sur des faits alternatifs. C’est la nouvelle façon de dire les choses.

Martine Ouellet

Martine Ouellet avait aussi fait de cette promesse l’un de ses chevaux de bataille lors de la dernière course à la direction du Parti québécois. Elle a toutefois terminé au troisième rang lors de cette course. Depuis qu’elle a annoncé ses intentions de se présenter à la chefferie du Bloc, elle a quitté le caucus péquiste.

Elle pense qu’en agissant à Ottawa et à Québec de façon « transparlementaire », ses actions auront davantage de répercussions.

À Québec, Mme Ouellet a été la cible des critiques du Parti libéral du Québec qui l’accuse d’entretenir la confusion avec son « nouveau rôle bicéphale ». Le Bureau de l'Assemblée nationale s’est aussi penché sur une de ses sorties publiques où elle portait le chapeau de députée indépendante et celui de candidate à la chefferie du Bloc.

Celui qui pourrait être son adversaire dans la course, Felix Pinel, est aussi contre l'oléoduc. Il croit toutefois que le Québec, seul, a les pouvoirs de bloquer le projet.

Politique