•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anacolor : David Heurtel veut suspendre le permis de production

L'usine Anacolor.

L'usine Anacolor.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministère de l'Environnement livre un nouvel ultimatum à l'entreprise Anacolor et menace de lui retirer son permis de production. Radio-Canada a appris qu'un avis a été acheminé à la direction de l'entreprise par huissier, vendredi après-midi.

L'entreprise Anacolor de Cap-Rouge dispose de 15 jours pour contester l'avis du ministère de l'Environnement, après quoi le permis de production de l'entreprise de peinture sera suspendu.

Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, souligne que ce nouvel ultimatum vise à protéger l’environnement et la santé de la population.

« En conséquence, nous utilisons tout moyen que nous jugeons nécessaire et possible pour amener cette entreprise à se conformer aux exigences du certificat d’autorisation », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Labeaume satisfait

Le maire de Québec, Régis Labeaume, se réjouit de cette nouvelle mise en garde du ministre, qui survient une semaine après la rencontre entre les deux politiciens.

« Ce qui est important, c’est qu’une semaine après notre rencontre, David Heurtel est passé à l’action et on est très satisfait, a-t-il déclaré. Je veux le remercier parce qu’il a connu parole. Il a livré la marchandise. »

« À partir de maintenant, si j’étais le propriétaire d’Anacolor, je bougerais », a ajouté Régis Labeaume.

La porte-parole du regroupement de citoyens de Cap-Rouge, Stéphanie Houde, se réjouit elle aussi de ce nouveau développement. Elle réclame à nouveau un déménagement de l’usine de peinture.

« Avec les démonstrations des derniers mois, je pense que c’est évident que l’entreprise est de mauvaise foi. Même s’ils se conformaient avec des appareils, avec un épurateur, qu’est-ce qui nous laisse croire qu’ils ne pourraient pas redevenir délinquants dans les semaines ou les mois suivants? […] Qu’ils fassent comme tout le monde en 2017 et qu’ils aillent faire leurs activités dans un parc industriel », a-t-elle expliqué.

De son côté, la direction d’Anacolor a affirmé par voie de communiqué qu’elle souhaitait prendre connaissance de l’avis du ministère avant de la contester.

Rappelons qu'Anacolor a reçu huit avis d'infraction du ministère de l'Environnement. L’usine de peinture doit réduire ses émissions polluantes de 90 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !