•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Nord, notre Amazonie

Du lichen

Du lichen

Photo : iStock

Radio-Canada

La forêt amazonienne est connue pour la richesse de sa biodiversité. La flore du Grand Nord est certes beaucoup moins diversifiée, mais elle cache peut-être des composés clefs encore inconnus, aux vertus thérapeutiques, qui risquent de disparaître à cause des changements climatiques.

Un texte de Chantal Srivastava, de l’émission Les années lumière

Avec la hausse des températures, la flore change dans le Grand Nord. Les espèces arbustives gagnent du terrain au détriment des mousses et des lichens qui ont du mal à croître sous le couvert des arbustes. Or, ces mousses et ces lichens ont appris à résister au froid. Peut-être grâce à des composés encore inconnus qui pourraient nous être fort utiles.

Si en Amazonie le stress et les prédateurs ont amené les plantes à se défendre en produisant tous ces composés fort utiles, on peut s’attendre à ce que ce soit la même chose dans le Nord, là où les conditions sont également difficiles.

Normand Voyer, professeur de chimie à l'Université Laval
Le lichen Stereocaulon paschale contient des composés antibactériens prometteurs

Le lichen Stereocaulon paschale contient des composés antibactériens prometteurs

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

Afin de découvrir ces trésors inconnus qui dorment dans la flore du Nord, le chimiste Normand Voyer, professeur à l’Université Laval, a lancé un projet de recherche qui a permis de découvrir deux nouvelles molécules ainsi que des composés antibactériens dans un lichen nordique que personne n’avait vraiment encore étudié, le Stereocaulon paschale.

Les travaux ont exigé patience et minutie : durant des semaines, la doctorante Claudia Carpentier a passé des heures en laboratoire pour identifier, quantifier, purifier et isoler les différents composés du lichen. Elle est allée jusqu’à Genève, en Suisse, pour apprendre comment sonder l’intimité des lichens, des arbustes, des plantes, de tous les végétaux.

Avec son étudiante Claudia Carpentier, Normand Voyer a découvert deux nouvelles molécules dans un lichen nordique.

Avec son étudiante Claudia Carpentier, Normand Voyer a découvert deux nouvelles molécules dans un lichen nordique.

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

Aujourd’hui, elle est une experte de la phytochimie : l’analyse de la structure chimique des plantes. Une science où les manipulations sont multiples et complexes, et où il faut prendre le temps d'effectuer toutes les étapes. Mais ses efforts ont été récompensés par la découverte de deux nouvelles molécules. Elle a également identifié neuf autres composés.

Des propriétés médicinales

Tous ces composés ont ensuite fait l’objet d’une analyse détaillée afin d’évaluer leur potentiel thérapeutique. C’est surtout pour sa capacité à lutter contre la prolifération des bactéries que le Stereocaulon paschale marque des points.

Le microbiologiste Daniel Grenier conserve précieusement les lignées cellulaires qui lui ont permis de mesurer l’activité antibactérienne de composés issus du lichen Stereocaulon paschale.

Le microbiologiste Daniel Grenier conserve précieusement les lignées cellulaires qui lui ont permis de mesurer l’activité antibactérienne de composés issus du lichen Stereocaulon paschale.

Photo : Radio-Canada / Chantal Srivastava

Les propriétés de ces composés ont été étudiées par le microbiologiste Daniel Grenier, de la Faculté de médecine dentaire de l’Université Laval. Il a découvert que six composés pouvaient détruire des pathogènes impliqués dans la carie dentaire et les maladies parodontales.

On est avec un modèle de la cavité buccale. Mais l’inflammation, on la retrouve dans différentes maladies, que ce soit l’arthrite, etc. Donc, on pourrait penser que ce qu’on découvre avec nos modèles, on pourrait l’appliquer à autre chose.

Daniel Grenier, professeur de microbiologie à l'Université Laval

Une mise en garde s’impose cependant : « Il faut bien se garder de crier au produit miracle, souligne Daniel Grenier. Ce qui est surtout intéressant, c’est de préserver la diversité. »

Un patrimoine moléculaire à protéger

Avec ce projet, le chimiste Normand Voyer souhaite démontrer que la flore du Nord est une richesse qui doit être protégée. Il espère que la découverte de deux nouvelles molécules dans ce lichen nordique incitera les autorités à intervenir pour protéger le patrimoine moléculaire menacé par les changements climatiques.

Écoutez le reportage de Chantal Srivastava à l'émission Les années lumière, dimanche, à 12 h 10, à ICI Radio-Canada Première.

Science