•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

France : une perquisition chez le candidat François Fillon

Photo : AP Photo/Francois Mori

Associated Press
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les ennuis judiciaires du candidat à la présidence française François Fillon sont loin d'être terminés.

L'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales a mené une perquisition au domicile du candidat de la droite traditionnelle dans le cadre de l'enquête portant sur les emplois parlementaires fictifs dont sa femme et ses enfants auraient bénéficié.

La perquisition a été menée jeudi matin, ont affirmé deux policiers sous le couvert de l'anonymat.

Les avocats de M. Fillon et de sa femme, Penelope, ont refusé de commenter l'opération policière.

Le candidat animait jeudi soir un rassemblement de campagne à Nîmes, dans le sud de la France. « On a mis à l'épreuve ma vie, on la décortique, on cherche le moindre faux-pas, le moindre scoop », a-t-il déclaré.

M. Fillon peine maintenant à empêcher son parti d'imploser. Le trésorier de sa campagne et des élus qui y contribuaient l'ont lâché, jeudi. M. Fillon avait tout d'abord promis de se retirer de la course s'il faisait l'objet d'accusations, avant de se raviser mercredi, provoquant la colère de certains de ses collaborateurs.

Plusieurs de ceux qui ont décidé d'abandonner M. Fillon appuyaient initialement son rival plus modéré, Alain Juppé, qui a indiqué n'avoir aucun désir de se présenter à sa place.

Macron présente son programme

Pendant que François Fillon tente de sortir du marasme, l'homme qui domine les intentions de vote en vue du second tour de la présidentielle française s'est engagé jeudi à promouvoir l'unité européenne, à combattre le populisme et à lutter contre la corruption.

À seulement 52 jours du vote, Emmanuel Macron, un candidat centriste indépendant, doit surtout sa popularité à ce qu'il n'est pas, ni à gauche ni à droite, sans affiliation politique officielle.

Alors que les scandales politiques se multiplient en France, M. Macron a déclaré vouloir réduire la taille du Parlement, limiter le nombre de mandats des élus et empêcher les responsables d'embaucher leurs proches.

Deux des principaux rivaux de M. Macron, la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen, et François Fillon, sont embourbés dans des enquêtes pour corruption.

M. Macron, un ancien ministre de l'Économie de 39 ans qui n'a jamais occupé de poste élu, se présente comme un visage nouveau qui ne traîne pas le lourd bagage d'un système politique ayant perdu son lustre depuis longtemps. Il s'est engagé à « éradiquer les conflits d'intérêts » une flèche évidente décochée en direction de M. Fillon, qui pourrait bientôt faire l'objet d'accusations pour avoir confié des emplois parlementaires possiblement fictifs à sa femme et à deux de leurs enfants.

M. Macron, qui souhaite réduire du tiers la taille des deux chambres du Parlement et interdire aux députés toute activité de lobbyisme, est également favorable à une interdiction totale de l'embauche de membres de la famille d'un élu.

Les sondages portent à penser que M. Macron et Mme Le Pen triompheront à l'occasion du premier tour, le 23 avril, et qu'ils s'affronteront lors du deuxième tour, le 7 mai.

Mme Le Pen est embourbée dans ses propres problèmes. Le Parlement européen a voté jeudi en faveur de l'annulation de son immunité parlementaire, ce qui pourrait lui valoir des accusations après qu'elle eut diffusé sur Twitter des images sanglantes d'actes commis par des djihadistes.

Elle fait l'objet d'une enquête distincte pour un emploi fictif qu'aurait occupé un membre de son entourage au Parlement européen.

M. Macron se positionne comme un ardent défenseur de l'Union européenne et de la zone euro. Il a aussi proposé de sabrer 60 milliards d'euros (84 milliards de dollars canadiens) en dépenses publiques et d'abolir 120 000 postes de fonctionnaires, mais également d'investir 50 milliards d'euros (70 milliards de dollars) dans des programmes de relance de l'économie, notamment en ce qui concerne le développement d'énergies propres pour combattre le réchauffement climatique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !