•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi aller au pôle Nord avec le chien Sky?

Photo du chien dehors dans la neige

Le chien Sky compagnon de l'expédition de Martin Murray

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les ours polaires sont un obstacle important à la réussite de l'expédition de Martin Murray. C'est pour cette raison qu'il a décidé de partir en compagnie du chien Sky, un travailleur acharné et sympathique... parfois un peu rude.

Le chien husky kivalliq lui a été généreusement prêté par un éleveur de la communauté de Rankin Inlet au Nunavut.

Il est issu d’une race de la côte de la baie d’Hudson. C'est un animal de travail pour les traîneaux. Il vit principalement en meute. L'origine génétique de Sky provient des chiens esquimaux et des chiens husky importés de Sibérie par la GRC.

Un compagnon pour affronter les dangers

Photo de Sky attelé à son traineau
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chien Sky, compagnon de Martin Murray

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

«  »

— Une citation de  Martin Murray

« Le jour comme la nuit, Sky pourra repérer les ours plus rapidement que moi et se mettre à aboyer. J’espère de ne pas en apercevoir. Selon nos informations, le bassin de population n’est pas très élevé. Il n’y a pas beaucoup d’ours en Arctique. », précise Martin.

Faire peur aux ours

Photo du chien attelé au traineau et de Frédéric
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chien Sky et Frédéric Pepin à Resolute

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Martin raconte à Frédéric Pepin qu'il y a toujours le risque d’en voir.

« Je vais avoir une arme à feu avec moi. La première balle va être utilisée pour lui faire peur, pour tenter de le persuader de s’éloigner. La deuxième balle servira à me défendre s’il décide de charger. Si l’ours ne se sauve pas et continue d’attaquer, je n’aurai pas d’autre choix… c’est pour ma survie. », précise Martin.

C'est pourquoi, face à l'ours, il faut identifier s'il est curieux ou agressif.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...