•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Considéré comme illégal à Montréal, le Championnat canadien de jiu-jitsu aura finalement lieu à Ottawa

Trois jeunes hommes s'entraînent sur un tapis.

Mateo Vogel (en blanc à gauche) et Mick Roy (en bleu) s'entraînent à l'Académie des arts martiaux, avenue Carling, en vue du Championnat canadien de jiu-jitsu.

Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico

CBC.ca
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Championnat canadien de jiu-jitsu aura finalement lieu à Ottawa, dimanche, après que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) eut déclaré ce sport illégal.

Les organisateurs ont annoncé sur Facebook, mercredi, que l'événement, qui devrait attirer environ 240 concurrents, se tiendra le 5 mars au Centre EY, près de l'aéroport international d'Ottawa.

« Je suis content que le problème soit résolu. Ça fait vraiment du bien, surtout pour les compétiteurs », a expliqué le porte-parole du Championnat, Danny Vu.

À l'origine, l'événement devait se dérouler le 26 février au Centre Pierre-Charbonneau, situé près du Stade olympique de Montréal.

Or, lors de la préparation de l'événement, le SPVM a indiqué qu'il considérait ce sport comme illégal, en vertu de l'article 83 du Code criminel du Canada, stipulant que seuls les sports de combat reconnus par le Comité international olympique (CIO) sont légaux.

 

De leur côté, les organisateurs argumentent que leur sport est une forme brésilienne de jiu-jitsu, qui comprend des prises de lutte et de soumission, plutôt que des coups avec les poings, les pieds et les mains.

L'atmosphère s'est détendue à mesure que la nouvelle de la tenue du Championnat à Ottawa se répandait, jeudi matin, lors d'un cours de jiu-jitsu à l'Académie des arts martiaux d'Ottawa, avenue Carling.

« Ça va être amusant », a commenté un participant au Championnat, Mick Roy. « Nous n'aurons pas beaucoup à nous déplacer et nous avons maintenant l'occasion de nous mesurer à des amis ici. Nous nous sommes beaucoup entraînés, jour après jour, et ce, pendant des semaines. »

Un sport mal compris?

Pendant que Mick Roy et ses adversaires s'entraînaient pour parfaire leurs prises, le professeur, Matthew Haché, a souligné que ce sport était souvent mal compris.

« Il ne s'agit pas d'être violent », a-t-il fait valoir. « Il s'agit en fait d'enseigner aux gens à être gentils, à prendre soin des autres et à construire une communauté solide. »

Quant aux questions juridiques possibles, M. Vu croit que lui et les autres responsables du Championnat n'auront pas les mêmes problèmes à Ottawa qu'à Montréal.

« Nous ne sommes pas inquiets, parce que l'Ontario a une approche qui diffère de la province québécoise concernant le sport de combat », a-t-il indiqué.

Une fois le Championnat canadien de jiu-jitsu, M. Vu pense inciter les législateurs du Québec à être plus indulgents envers la forme brésilienne du jiu-jitsu.

Avec les informations de Jérôme Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !