•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Suède rétablit le service militaire obligatoire, avec Moscou dans le rétroviseur

Des recrues se soumettent à une inspection à Enkoping, en Suède, pays qui vient de rétablir le service militaire obligatoire.

Des recrues se soumettent à une inspection à Enkoping, en Suède, pays qui vient de rétablir le service militaire obligatoire.

Photo : Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Sept ans après l'avoir aboli, la Suède rétablit le service militaire obligatoire en raison de ce que le ministre de la Défense appelle la détérioration de la situation sécuritaire en Europe et autour du pays.

À compter de l'an prochain, le gouvernement suédois convoquera 4000 hommes et femmes de 18 ans pour un service militaire d'environ un an. C'est la première fois en Suède que la conscription est établie pour les femmes.

Les forces armées suédoises comptent quelque 20 000 employés, dont 84 % d'hommes. Elles ont toutefois besoin d'un millier de soldats de plus en uniforme et de 7000 réservistes, selon des membres de la coalition gouvernementale au pouvoir.

Le service militaire volontaire demeurera possible.

Le service militaire obligatoire des hommes avait été aboli en 2010 parce que l'armée suédoise disposait à ce moment de suffisamment de volontaires pour combler ses besoins.

Quand Moscou donne le ton

Toutefois, par la suite, la donne a changé dans la région, ce qui a incité la Suède à réinstaurer le service militaire obligatoire.

« Nous avons l'annexion par la Russie de la Crimée, nous avons l'agression contre l'Ukraine, nous avons plus d'activité à proximité », a expliqué le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist. « Donc, nous avons décidé de renforcer notre défense nationale. »

En Suède, durant la guerre froide, il était d'usage pour les jeunes hommes de faire leur service militaire, une pratique qui a graduellement été abandonnée lors de l'effondrement du régime soviétique. Par la suite, les pays baltes - c'est-à-dire l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie - de même que la Pologne se sont joints à l'OTAN puis à l'Union européenne. Devant cette apparente stabilité, les dépenses militaires en Suède ont baissé, passant de 2,6 % du produit intérieur brut (PIB) en 1991 à 1,1 %, en 2015.

L'annexion de la Crimée et les changements en Ukraine ont changé la donne, au point où en 2016, les dépenses militaires de la Suède se sont accrues de 11 %.

En permanence sur une île en mer Baltique

Dans une réaction défensive devant ces événements, la Suède a déployé, en septembre dernier, une force militaire permanente sur l'île de Gotland, dans la mer Baltique.

On rapporte aussi de nombreuses violations de l'espace aérien balte par la Russie et une augmentation de la présence militaire de Moscou dans la péninsule de Kaliningrad, qui se trouve en face de la Suède, sur l'autre rive de la mer Baltique.

Donald Trump et l'OTAN

De plus, l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche est une source de préoccupation au sein de l’OTAN : « La menace que les États-Unis ne soient plus enclins à honorer leurs engagements en matière de sécurité est le l'événement le plus important dans l’histoire de l’Alliance », a déclaré Henrik Breitenbauch, directeur du Centre d’études militaires de Copenhague.

À la mi-janvier, alors à quelques jours de son investiture, Donald Trump avait dit de l'OTAN qu'il s'agissait d'une organisation « obsolète », tout en déplorant le sous-financement par les pays européens de cette organisation de défense militaire unissant l'Europe et l'Amérique du Nord. Ses déclarations avaient semé l'émoi et suscité, en retour, des appels à l'unité de la part de nombreux pays européens.

Les liens de Stockholm avec l'OTAN

La Suède n'est pas membre de l'OTAN et doit, en principe, compter sur ses seules forces pour se défendre.

Cela dit, Stockholm coopère avec l'OTAN dans le cadre d'opérations telles que celles dirigées par l'Alliance dans les Balkans et en Afghanistan. La Suède a de plus signé le Partenariat pour la paix de l'OTAN et elle est devenue membre du Conseil du partenariat euroatlantique.

Dans sa décision d'instaurer le service militaire obligatoire tant pour les femmes que pour les hommes, M. Hultqvist a dit avoir été inspiré par l'exemple de la Norvège voisine, qui est devenue en 2013 le premier pays de l'OTAN à conscrire des membres des deux sexes.

Avec les informations de Reuters, New York Times, Associated Press, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !