•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sainte-Marie-Saint-Jacques survit

Manon Massé

Manon Massé de Québec solidaire

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La circonscription montréalaise de Sainte-Marie-Saint-Jacques ne disparaîtra finalement pas de la carte électorale du Québec, a annoncé jeudi la Commission de la représentation électorale (CRE). Les circonscriptions de Mont-Royal et d'Outremont, représentées par deux ministres du gouvernement Couillard, seront pour leur part fusionnées.

Dans un communiqué publié jeudi matin, la CRE confirme qu’elle a abandonné son projet d’inclure Sainte-Marie-Saint-Jacques, actuellement représentée par la députée de Québec solidaire Manon Massé, dans une nouvelle circonscription baptisée Ville-Marie.

Le tout est confirmé dans un avis publié dans la Gazette officielle du Québec, ce qui officialise le fait que la nouvelle carte électorale sera en vigueur lors du prochain scrutin provincial, prévu en octobre 2018.

« Les disparités soulevées au regard des différentes communautés naturelles qui auraient composé Ville-Marie ont convaincu les commissaires de la CRE que leur vision d'une circonscription correspondant au centre-ville de Montréal, qu'ils voyaient comme porteuse et rassembleuse, n'était pas partagée par les électeurs des circonscriptions touchées », explique-t-on.

En conférence de presse jeudi matin, Mme Massé a remercié chaleureusement les militants qui se sont battus bec et ongles à ses côtés pour éviter la disparition de sa circonscription. « C’est eux et elles qui ont gagné », a-t-elle lancé, déclenchant un tonnerre d'applaudissements.

« On a eu trois semaines pour se dire, se nommer, s’expliquer. Encore une fois, le monde ordinaire ont pris leurs moyens. Par la poésie, par les chants, par les mobilisations, par la rue, par des pétitions. Le fier monde, c’est toujours de même qu’on s’est exprimé. Là où l’élite ne veut pas nous entendre, on trouve nos moyens à nous autres. Et on y est arrivé cette fois-là. Bravo! »

Mme Massé a profité de l'occasion pour inviter la CRE et le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) à « faire un bilan » du processus, « pour s’assurer que ça n’arrivera pas à d’autres dans huit ans, parce que c’est stressant ». Elle a aussi lancé un nouveau plaidoyer pour une réforme du mode de scrutin.

Casse-tête pour les libéraux

La CRE devait retrancher une circonscription dans la métropole, puisque le nombre d'électeurs y croît moins rapidement qu'ailleurs au Québec. Dans un rapport préliminaire, elle avait envisagé de fusionner Mont-Royal et Outremont, avant de préconiser la fusion de Sainte-Marie-Saint-Jacques et Westmont-Saint-Louis pour créer la circonscription de Ville-Marie dans un second rapport.

Les commissaires sont finalement revenus à leur idée initiale, ce qui créera des maux de tête dans les rangs libéraux. Mont-Royal est actuellement représentée par le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, tandis qu’Outremont est la circonscription d'Hélène David, ministre de l’Enseignement supérieur.

« Cette proposition paraît être la meilleure option pour la majorité des électeurs dans le contexte actuel », commente la CRE. « Elle permet de respecter le plus possible l'ensemble des communautés naturelles présentes dans tout ce secteur de l'île de Montréal. »

« On est très conscient que c’est difficile de faire l’unanimité et on sait que le retrait d’une circonscription vient vraiment créer des insatisfactions. »

— Une citation de  Alenxadra Reny, porte-parole du Directeur général des élections du Québec

La CRE précise avoir changé son fusil d'épaule en raison des commentaires portant sur « l'absence de liens d'appartenance » entre les quartiers qu'elle pensait regrouper dans Ville-Marie, mais aussi des disparités socioéconomiques, « tant au niveau des revenus des ménages et de la langue que des communautés d'intérêts ».

Elle précise ne pas avoir tenu compte des commentaires portant sur la nécessité de préserver le poids politique d'un parti à l'Assemblée nationale. Mme Massé est l'une des deux députés de Québec solidaire à siéger au Parlement. L'élection partielle annoncée dans Gouin, représentée jusqu'à tout récemment par Françoise David, pourrait lui permettre de conserver un troisième siège.

Maurice Richard honoré

Dans le nord de Montréal, la circonscription de Crémazie est rebaptisée Maurice-Richard, en l'honneur du légendaire hockeyeur du Canadien de Montréal. Il s'agit d'une première pour un athlète.

« Maurice Richard a habité ce territoire pendant une cinquantaine d'années. Au-delà de ses exploits à titre de hockeyeur, il y est reconnu pour son implication communautaire, notamment au regard du sport amateur, et il a été un personnage marquant pour l'ensemble des Québécois », explique la CRE à ce sujet.

Deux gains dans Laurentides-Lanaudière, une perte en Mauricie

La CRE confirme en outre la création de deux nouvelles circonscriptions dans la région de Laurentides-Lanaudière, rendue nécessaire par l'accroissement naturel de la population.

La circonscription Les Plaines sera créée à partir de certains secteurs actuellement inclus dans celles de Blainville, Masson et Mirabel. Elle sera composée d'une portion de Mirabel située à l'est de l'autoroute des Laurentides (15), de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines et du secteur La Plaine de la Ville de Terrebonne.

La circonscription de Prévost englobera les villes de Prévost et de Saint-Sauveur, la municipalité de Piedmont et la paroisse de Sainte-Anne-des-Lacs, qui font actuellement partie de la circonscription de Bertrand, ainsi que les municipalités de Saint‑Hippolyte et de Sainte-Sophie, incluses jusqu'ici dans la circonscription de Rousseau.

En Mauricie, la CRE maintient sa décision de retirer une circonscription, en raison de la faible croissance de la population, en y apportant quelques ajustements. Les circonscriptions de Laviolette et de Saint-Maurice seront ainsi fusionnées, et comprendront notamment les municipalités de Trois-Rives, Saint-Roch-de-Mékinac et Grandes-Piles, en plus de la paroisse de Notre-Dame-de-Mont-Carmel.

Cette situation va également créer un problème au Parti libéral, puisque Laviolette est représentée par Julie Boulet, ministre du Tourisme et ministre responsable de la région, tandis que celle de Saint-Maurice est représentée par un autre libéral, Pierre Giguère.

Le quartier Saint-Louis-de-France est maintenu dans Champlain, tandis que le secteur de Trois-Rivières situé à l'est de l'autoroute 55, qui fait actuellement partie de Maskinongé, sera incorporé à la circonscription de Trois-Rivières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !