•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse de 17 % de plus des factures d’électricité en Ontario

Photo de Kathleen Wynne qui s'adresse aux journalistes

La première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tentant d'apaiser un électorat en colère face à la flambée des tarifs d'électricité, la première ministre Kathleen Wynne promet de réduire de 17 % supplémentaires en moyenne les factures des abonnés.

Mme Wynne a qualifié les tarifs actuels « d'injustement élevés ».

Le gouvernement libéral avait éliminé en janvier la portion provinciale de la TVH sur les factures d'électricité, une remise de 8 % qui coûtera 1 milliard de dollars annuellement au trésor public. Mais la première ministre dit que c'était insuffisant.

Ça fait trop longtemps que les politiciens incluant moi font des erreurs en matière d'électricité.

Une citation de : Kathleen Wynne, première ministre de l'Ontario
+ 186 % en période de pointe et + 256 % en période creuse - L'inflation sur 10 ans : + 17,69 %Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Augmentation des prix de l’électricité entre novembre 2006 et novembre 2016 - Source : Commission de l’énergie de l’Ontario

Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

Les prochaines élections provinciales auront lieu l'an prochain et les tarifs d'électricité sont actuellement une préoccupation majeure des électeurs.

Mme Wynne promet que les tarifs n'augmenteront pas plus que le taux d'inflation au cours des quatre prochaines années.

Repousser le problème?

Un compteur électrique intelligent (archives)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un compteur électrique intelligent (archives)

Photo : AP/Toby Talbot

La première ministre Wynne dit qu'elle « réhypothèque » sur 30 ans le réseau pour accorder un répit à court terme aux abonnés. Le gouvernement va :

  • rééchelonner les investissements dans le réseau et les contrats d'approvisionnement;
  • financer les programmes d'aide aux moins nantis, aux régions rurales et aux Premières Nations grâce aux fonds publics plutôt qu'aux factures d'électricité.

Un nouveau Fonds pour l'abordabilité sera créé pour aider les consommateurs qui ne sont pas admissibles aux programmes pour les Ontariens à faibles revenus à accroître leur efficacité énergétique en changeant par exemple leurs fenêtres ou en isolant mieux leurs demeures.

Ces mesures au coût de 2,5 milliards sur trois ans, seront financées par le gouvernement provincial et non pas par les consommateurs d'électricité sur leurs factures.

Les Ontariens paieront sur une plus grande période de temps les investissements dans la production d'électricité. Les consommateurs devront toutefois payer des intérêts annuellement, qui pourraient atteindre jusqu'à 1,4 milliard de dollars par an. Kathleen Wynne reconnaît que cela signifie payer plus, mais elle croit que c'est une formule plus juste pour les consommateurs.

Les premières réductions devraient apparaître sur les factures d'électricité dès le mois de juin.

Tous les consommateurs n'auront pas les mêmes rabais. Plusieurs facteurs entrent en jeu, comme la consommation mensuelle et la situation géographique.

Les Ontariens qui utilisent plus d'électricité devraient voir des économies plus importantes. Un agriculteur pourrait par exemple obtenir une réduction de 51 % (soit des économies de 300 $/mois).

 

Analyses et réactions

Les analystes avertissent que les Ontariens finiront par payer plus cher à long terme.

C'est comme avoir une hypothèque plus longue pour une maison.

Une citation de : Mark Winfield, professeur à l'Université York

La première ministre le reconnaît, mais elle dit que c'est plus « juste » pour les abonnés.

Le chef de l'opposition, Patrick Brown, accuse le gouvernement d'endetter encore plus les Ontariens. « Les factures d'électricité baisseront temporairement, mais les consommateurs devront éventuellement rembourser cette diminution », estime-t-il.

Que l'on paie maintenant, que l'on paie demain, éventuellement, les libéraux augmenteront de nouveau les tarifs d'électricité.

Une citation de : Patrick Brown, chef du Parti progressiste-conservateur

Patrick Brown accuse aussi le gouvernement d'augmenter la dette de la province de 42 milliards de dollars sur une période de 30 ans.

Denise Gallant, une résidente de TimminsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Denise Gallant, une résidente de Timmins

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Le député conservateur Todd Smith renchérit en disant que le gouvernement libéral ne s'attaque pas à la « racine du problème » et ne semble pas réaliser que les abonnés et les contribuables sont les mêmes personnes.

On sait maintenant combien va coûter la campagne à la réélection des libéraux : 5,7 milliards de dollars.

Une citation de : Todd Smith, député conservateur

Les conservateurs n'ont pas présenté jusqu'à maintenant de plan concret pour contrer la flambée des tarifs.

De son côté, la chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a proposé d'annuler la privatisation du distributeur d'électricité Hydro One, en plus d'éliminer les tarifs variables selon l'heure. Il s'agit toutefois de propositions qui coûteraient des milliards à court terme au trésor public.

Nous paierons tous pour ce répit, d'une façon ou d'une autre.

Une citation de : Andrea Horwath, chef du Nouveau Parti démocratique

Le NPD reproche aussi au gouvernement de ne pas s'attaquer à ce qui a causé l'augmentation rapide des prix de l'électricité et accuse la première ministre d'étouffer le problème avec des mesures qui pourraient coûter jusqu'à 40 milliards de dollars en intérêts.

Bon pour les riches?

Selon le Centre canadien de politiques alternatives, les mieux nantis sont ceux qui tirent le plus profit de l'abolition en janvier de la portion provinciale de la TVH sur les factures d'électricité. Un rapport du groupe indique que les foyers gagnant moins de 42 000 $ épargneront en moyenne 84 $ par année comparativement à 181 $, pour les abonnés dont le revenu est de 176 000 $ ou plus.

Le président ontarien du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Fred Hahn affirme que le plan est trompeur.

Les contribuables vont subventionner leurs propres réductions de factures. Les Ontariens paieront autant, mais sur une plus longue période.

Une citation de : Fred Hahn, président du Syndicat canadien de la fonction publique, Ontario

Le plan du gouvernement d'étaler les coûts de l'ajustement global est de la politique, et non pas une solution à une crise dans le secteur de l'électricité qu'ils ont créée.

Une citation de : Christine Van Geyn, directrice de la Fédération canadienne des contribuables, Ontario

Une bonne nouvelle pour certains

La Fédération des municipalités du Nord de l'Ontario, félicite, dans un communiqué, les libéraux pour ce plan de réduction des factures d'électricité.

« Nous sommes ravis que les consommateurs d'électricité puissent prochainement constater les avantages liés à cette annonce et à cet engagement qui fait en sorte que les tarifs d'électricité n'augmenteront pas au-delà du taux d'inflation au cours des quatre prochaines années », affirme Alan Spacek, le maire de Kapuskasing et président de la Fédération dans le communiqué.

Une résidente de TimminsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une résidente de Timmins

Photo : Radio-Canada / Jean-Loup Doudard

Le répit annoncé est aussi une bonne nouvelle pour le regroupement du milieu des affaires, mais on craint que la « crise » dans le secteur de l'électricité soit refilée aux générations futures.

Nous ne devons pas perdre de vue les implications à long terme de ce plan. Qu'arrivera-t'il quand les taux d'intérêts augmenteront?

Une citation de : Plamen Petko, vice-président de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Il aurait aussi voulu des mesures pour mettre fin aux tarifs qui varient selon l'heure de la journée. La FCEI estime que plus des trois quart de ses membres n'ont pas été en mesure de modifier leurs habitudes de consommation pour tirer profit des tarifs moins élevés les soirs et les fins de semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !