•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des informations confidentielles sur la sécurité nationale divulguées par erreur

Le Parlement dans le brouillard à Ottawa.

Le Parlement était dans le brouillard samedi à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des documents confidentiels, obtenus par CBC au moyen d'une demande d'accès à l'information, dévoilent le plan d'action que mettrait en place Ottawa si une attaque similaire à l'attentat du 11 septembre 2001 survenait au Canada. Certaines informations s'y trouvant ont toutefois été mal camouflées.

Les documents secrets contiennent des détails précis quant aux facteurs qui déterminent le moment où l'armée canadienne, la GRC et le gouvernement pourraient décider d'abattre un avion détourné.

On y indique notamment :

  • Qui prendrait une telle décision et combien de temps il faudrait pour la prendre;
  • Le nombre d'avions de combat canadiens et américains qui se tiendraient prêts à agir;
  • Où les avions de combat canadiens sont situés et combien de temps est nécessaire pour que ces appareils s'envolent;
  • Quand les avions de combat canadiens et américains seraient autorisés à employer la force.

Deux scénarios y sont décrits, une attaque terroriste aérienne et le détournement d'un avion par un individu pour s'en prendre à une personne ou une organisation en particulier.

Les papiers, dont une partie de l'information devait être masquée, n'ont toutefois pas bien été caviardés. CBC/Radio-Canada a décidé de ne pas divulguer certains renseignements pour ne pas compromettre la sécurité du pays.

« Dans ce cas-ci, il me semble que c'est une erreur que nous avons commise, a expliqué mercredi le chef d'état-major de la Défense, le général Jonathan Vance. Nous ferons un suivi et nous nous assurerons que ce genre de choses ne se reproduise plus. »

Il a ajouté qu'une « mauvaise gestion du matériel peut causer préjudice au Canada » et que le ministère de la Défense nationale « n'apprécie pas du tout » qu'il y ait des fuites d'informations. « Parfois, cela peut affecter la façon dont nous agissons », a-t-il soutenu.

L'émission de ces documents soulève également des questions quant à la façon dont le ministère de la Défense nationale traite les informations confidentielles. Les faits et gestes de ce ministère sont scrutés à la loupe depuis l'affaire du vice-amiral Mark Norman. Ce dernier est soupçonné d'avoir divulgué des renseignements techniques secrets sur le programme national de construction navale.

Les documents obtenus par CBC ne sont par ailleurs pas liés à l'affaire Norman.

Opération « Aigle noble »

Les documents confidentiels ont été présentés en 2015, lors d'une séance d'information destinée au nouveau chef d'état-major de la Défense, le général Jonathan Vance.

La réunion expliquait ce qu'était l'opération « Aigle noble », une opération du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD) qui avait été mise sur pied aux États-Unis après l'attentat du 11 septembre 2001.

Les papiers avaient notamment pour but de familiariser le général Vance au protocole à suivre si un avion commercial était utilisé comme une arme dans l'espace aérien canadien.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !