•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les compagnies aériennes canadiennes empochent une partie des frais aéroportuaires

Un appareil d'Air Canada à l'aéroport d'Halifax
Un appareil d'Air Canada à l'aéroport d'Halifax lundi Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
CBC

Les grands aéroports canadiens qui facturent aux voyageurs des frais d'amélioration aéroportuaire remettent de 4 à 6 % des recettes aux compagnies aériennes qui les perçoivent, a appris CBC.

Les frais varient généralement de 25 à 30 $. Ils sont compris dans les taxes qui apparaissent sur le billet des passagers. Rien n’indique sur les billets, toutefois, qu’une partie des frais destinés à l’amélioration des aérogares est remise aux compagnies aériennes.

Selon un porte-parole de l’aéroport international Stanfield à Halifax, Peter Spurway, les sommes remises aux compagnies aériennes sont considérées comme des frais administratifs.

« C’est juste dans la mesure où elles accueillent des millions de passagers. Dans certains cas, il faut tenir compte de l’aspect du [paiement par] carte de crédit, donc il y a d’autres frais qui entrent en jeu », explique-t-il.

Des passagers font la file à l'aéroport d'Halifax.Des passagers font la file à l'aéroport d'Halifax. Photo : CBC

Un représentant du Conseil national des lignes aériennes du Canada, Grant Dingwall, confirme que les compagnies aériennes conservent un « petit pourcentage » des frais d’amélioration aéroportuaire pour couvrir leurs frais administratifs.

« Le pourcentage varie en fonction du nombre de passagers à chaque aéroport », précise-t-il.

Pourcentage retenu par les compagnies aériennes à différents aéroports :

  • Halifax : 6 % ou 1,50 $ par billet
  • Calgary : 4 % ou 1,20 $ par billet
  • Toronto : 4 % ou 1 $ par billet
  • Ottawa : 6 % ou 1,38 $ par billet

Des frais injustifiés selon un militant

Un militant pour les droits des passagers, Gabor Lukacs, digère mal que les compagnies aériennes s’approprient un pourcentage - même s’il est faible - de l’argent destiné à l’amélioration des aérogares.

Gabor Lukacs est un militant pour les droits des passagers aériens.Gabor Lukacs est un militant pour les droits des passagers aériens. Photo : CBC

Les frais aéroportuaires doivent servir, entre autres, à des projets comme le prolongement des pistes ou des rénovations aux aérogares.

« Lorsque je paie des frais d’amélioration aéroportuaire, je m’attends à ce qu’ils bénéficient au complet aux aéroports et non [en partie] aux compagnies aériennes. »

Des passagers rencontrés à l’aéroport d’Halifax trouvaient aussi injuste cette façon de faire. « Si je paie déjà un billet à une compagnie aérienne, a affirmé Konstantinos Manos, pourquoi devrais-je payer des frais additionnels cachés dans la taxe? Ça ne me semble pas juste! »

D'après un reportage d'Angela MacIvor, CBC

Nouveau-Brunswick

Économie