•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

28 jours sans alcool… un défi difficile!

Quelques verres vides

Photo : iStock

Radio-Canada

Le défi 28 jours sans alcool organisé par la Fondation Jean Lapointe, qui consistait à ne pas consommer d'alcool, s'est terminé mardi, le dernier jour du mois de février. Lucie Murray et Marie-Kim Bouchard avaient décidé de relever le défi. Ont-elles réussi ou échoué?

Les deux jeunes femmes n’ont pas de problèmes d’alcool, mais elles ont une vie sociale active. Le défi s’est finalement avéré plus ardu que prévu.

C’était difficile... En fait, on va le dire en partant, on ne l’a pas réussi

Lucie Murray, participante

« On avait tellement d’occasions de boire. Les gens trouvaient ça vraiment particulier ou inutile », renchérit Marie-Kim Bouchard.

Pour elles, ce n’est pas un échec. Elles ont tiré des leçons de leur expérience.

« Comme de la bière sans alcool, je vais continuer à en boire. Mais, je vais peut-être alterner, une bière sans alcool avec un verre de vin… Pourquoi pas? On n’est pas dans l’excès », raconte Marie-Kim Bouchard.

Kim Murray et Marie-Kim Bouchard

Kim Murray et Marie-Kim Bouchard ont tenté de ne pas consommer d'alcool pendant 28 jours.

Photo : Radio-Canada

Au-delà des prises de conscience personnelles, le défi sert à amasser 300 000 $ pour financer des tournées de sensibilisation auprès de jeunes de première secondaire.

Au Québec, plus de 5700 personnes se sont lancé le défi.

Le bémol d’Éduc’alcool

Le directeur d'Éduc'alcool ne voit pas d’inconvénient à ce genre de campagne de financement, mais y met tout de même un bémol.

« Il y a beaucoup de gens qui considèrent qu’arrêter de consommer de l’alcool, c’est un exploit extraordinaire, ce qui ne devrait pas l’être. Et ça servait de soupape, ce qui veut dire que tu te prives pendant un mois et te défonces les 11 autres mois de l’année », précise Hubert Sacy.

Éduc'alcool conseille plutôt de consommer modérément de façon régulière et de s’abstenir de boire de l’alcool un ou deux jours par semaine.

D’après le reportage de Meghann Dionne

Saguenay–Lac-St-Jean

Société