•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les moustachus ont la cote : 2 millions de chats au Québec

Des chats domestiques

Des chats domestiques

Photo : Radio-Canada / Karine DesRosiers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jamais le Québec n'a compté autant de félins. Il y a 20 ans, le quart des ménages possédait un chat; aujourd'hui, ces petites bêtes sont présentes dans 33 % des foyers de la province. Au total, le Québec compte donc deux millions de chats, un nombre impressionnant, mais qui pose des défis sur le plan de la stérilisation.

Si vous laissez un couple de chats seuls dans la nature, combien y en aura-t-il au bout de sept ans? « Vous dépassez théoriquement le cap du demi-million », lance le directeur de la SPA de Québec, Denys Pelletier.

« Vous comprendrez que c’est un problème très sérieux que les refuges ont à gérer », affirme-t-il à l’occasion de la cinquième Semaine nationale de la stérilisation animale.

À son avis, les municipalités devraient donc opter pour une réglementation stricte : enregistrement obligatoire des chats, stérilisation et implantation de micropuces.

Même si 90 % des chats sont stérilisés dans la province, selon la présidente de l’Association des médecins vétérinaires en pratique de petits animaux, les 10 % restants peuvent causer énormément de maux de tête.

« Considérant l'ampleur de la population féline au Québec, tous les chats non stérilisés ont de l'impact », dit Valérie Trudel.

La descendance théorique d’un couple de chats…

  • Après 1 an : 12 chats
  • Après 2 ans : 144 chats
  • Après 3 ans : 1728 chats
  • Après 4 ans : 20 736 chats

Tant qu'un animal n'est pas dans un programme d'élevage responsable, il devrait être stérilisé, particulièrement les chats parce que ce sont des animaux très fertiles!

Une citation de : Valérie Trudel, présidente de l'Association des médecins vétérinaires en pratique de petits animaux

Denys Pelletier cite en exemple la réglementation de la Ville de Laval, élaborée de concert avec des spécialistes du monde animal. A contrario, il déplore l’absence de réglementation pour les chats dans la région de Québec.

Ne pas stériliser les chats augmente les risques d’abandon, rappelle l’Association des médecins vétérinaires du Québec et, indirectement, la souffrance animale.

Les chats, chouchous des retraités?

À la lecture des résultats du sondage qu’elle a commandé, l’AMVQ se réjouit de constater la popularité croissante des félins.

Valérie Trudel croit que cet engouement pour les chats est en partie dû au vieillissement de la population : les chats demandent peu d’entretien et ne sont pas contraignants pour leurs propriétaires.

Il y a 15 ans, seulement 12 % des ménages de retraités avaient un chat. Aujourd’hui, on parle plutôt de 22 % de ces ménages

« Ce sont des compagnons merveilleux […] Le chat, c'est un animal qui est facile à avoir, qui demande peu et qui donne relativement, aussi, avec lequel il est facile de cohabiter. Ça donne plus de liberté que d’avoir un chien », explique-t-elle.

Valérie Trudel, présidente de l'Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animauxAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Valérie Trudel, présidente de l'Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux

Photo : Radio-Canada

D’ailleurs, les gens qui sont les plus susceptibles d’avoir plus d’un chat domestique, au Québec, sont âgés de 45 à 54 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !