•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élargissement de la zone de protection des sources d’eau : trois règlements adoptés sur la Côte-Nord

Le maire d'Anticosti, John Pineault

Le maire d'Anticosti, John Pineault

Radio-Canada

Port-Cartier, Natashquan et Anticosti figurent parmi les municipalités québécoises ayant adopté un règlement pour élargir la zone de protection des sources d'eau potable dans leur secteur.

Un texte de François Robert

Le maire de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti, John Pineault, fait partie du comité des maires qui pilotent cette initiative.

« On a regardé les mesures qui sont en place, notamment au niveau des forages pétroliers et la proximité à laquelle ils peuvent se faire des sources d’eau potable. Ça n’a aucun bon sens. On demande une distance qui est vraiment déraisonnable, beaucoup trop proche par rapport à la technologie utilisée dans les forages aujourd’hui, où l’on peut descendre à la verticale et on vire et l'on peut aller jusqu’à deux kilomètres à l’horizontale », explique John Pineault

La protection doit se décliner à deux niveaux, rappelle le maire d'Anticosti: « On regarde la distance séparatrice dans deux sens, la distance entre la tête d’un puits de forage et la source d’eau potable comme telle et l’autre, c’est la distance séparatrice entre la nappe phréatique et une éventuelle fracturation hydraulique. »

La façon dont la loi [provinciale] est écrite en ce moment fait en sorte que tu pourrais avoir une fracturation hydraulique en dessous d’une nappe phréatique. Il pourrait y avoir une migration par la suite des gaz comme le méthane dans la nappe phréatique et si cela arrive, c’est " just too bad ", c’est absolument impossible à décontaminer.

John Pineault, maire de la Municipalité de L’Île-d’Anticosti

À titre comparatif, à la MRC D’Autray dans Lanaudière, le tiers des municipalités ont déjà adopté un tel règlement.

D’autres municipalités de la Côte-Nord pourraient aussi emboîter le pas dans les mois prochains.

John Pineault, maire d'Anticosti.

John Pineault, maire d'Anticosti.

Photo : Radio-Canada

Le maire de L’Île-d’Anticosti les encourage fortement à le faire. Il donne souvent l’exemple suivant : « Est-ce que tu permettrais dans ta municipalité d’avoir une mégaporcherie à 500 m de ta tête de puits? La réponse, c’est non. Cela frappe l’imaginaire. Mais malheureusement, les gens ne regardent pas l’industrie gazière comme ça. »

Côte-Nord

Environnement