•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa, Ville officiellement bilingue : un rêve brisé?

Le logo de la Municipalité apparaît dans une bulle de bande-dessinée.
Le logo de la Ville d'Ottawa entre des guillemets français et anglais. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le projet de faire d'Ottawa une Ville officiellement bilingue pour le 150e anniversaire de la Confédération canadienne est loin de voir le jour. Selon des informations recueillies par Radio-Canada, la moitié des membres du conseil municipal y est opposée. Au coeur des préoccupations : les coûts. Mais plus encore, le sentiment que ce projet n'est qu'une affaire d'activistes francophones et que sa mise en oeuvre diviserait la communauté.

Un texte de Catherine Lanthier

Radio-Canada a communiqué directement avec le maire et les 23 conseillers de la Ville d’Ottawa afin de savoir s’ils soutiennent ou non le projet #OttawaBilingue. Au moins 12 y sont opposés.

  • CONTRE : 12
  • INDÉCIS : 7
  • POUR : 5

Le conseiller Mathieu Fleury visait à obtenir l’appui de 17 élus municipaux pour être en mesure de déposer une motion en ce sens à la table du conseil. Selon toute vraisemblance, ce sera impossible.

#OttawaBilingue, piloté par un regroupement d’organismes franco-ontariens, tente de vendre son projet en affirmant que le fait de rehausser le statut juridique de la politique de bilinguisme de la Ville n’engendrerait pas de coût supplémentaire. Cependant, l’argument ne passe pas auprès de nombreux élus municipaux.

Le représentant du quartier Collège, Rick Chiarelli, craint qu’un tel statut permette à ceux qui n’obtiennent pas ce qu’ils veulent de la Municipalité de se tourner vers les tribunaux.

Ça enlèverait toutes ces décisions des mains du conseil municipal, des mains du comité [des finances et du développement économique], et les transférerait aux tribunaux. Des tribunaux non élus, qui n’ont pas à répondre de leurs actes.

Rick Chiarelli, conseiller, quartier Collège

« Les gens qui disent qu’il n’y aura pas de changement, que ça n’affectera pas les emplois, c’est un mythe datant d’un autre siècle - et les gens de la Ville sont assez intelligents pour le savoir », soutient quant à elle Jan Harder, qui représente le quartier Barrhaven.

Nous fournissons d’excellents services dans les langues officielles. Je n’ai jamais entendu une personne en demander plus.

Jan Harder, conseillère, quartier Barrhaven

Pour sa part, la conseillère de Kanata-Nord, Marianne Wilkinson, fait remarquer « qu’il y a plus de Chinois que de francophones » dans son quartier et que les services actuels dans la langue de Molière sont suffisants.

Son voisin de Kanata-Sud, Allan Hubley, constate lui aussi qu’une grande variété de langues sont parlées dans son quartier. « Nous tentons de nous assurer que tout le monde est servi de façon appropriée. Ce n’est pas un ou l’autre, c’est tout le monde qui mérite des services de la part de la Ville », croit-il.

De plus, tout comme le maire Jim Watson, M. Hubley estime que la politique de bilinguisme actuelle est fonctionnelle et appréciée des citoyens.

Les fusions ont-elles tué le projet?

Une tendance claire se dessine quand on observe ces résultats. Plus on s’éloigne du centre-ville d’Ottawa, plus l’opposition au bilinguisme officiel augmente.

Carte visualisant les secteurs opposés au bilinguisme à OttawaPlus on s’éloigne du centre-ville d’Ottawa, plus l’opposition au bilinguisme officiel augmente. Photo : Radio-Canada

La version originale de ce document a été modifiée. Pour des raisons techniques, la version interactive de la carte n'est plus disponible.

Nous avons présenté ces réponses à Caroline Andrew, directrice du Centre d’études en gouvernance de l’Université d’Ottawa. « C’est presque à nous faire repenser à la question des fusions! » s’exclame-t-elle.

En janvier 2001, la nouvelle Ville d’Ottawa était créée en fusionnant 12 administrations locales. Les appuis au bilinguisme ont du même coup été dilués, selon Mme Andrew.

C’est clair que les fusions ont donné beaucoup plus de pouvoir aux banlieues et beaucoup moins de pouvoir au centre-ville.

Caroline Andrew, directrice, Centre d’études en gouvernance de l’Université d’Ottawa

Le ras-le-bol fédéral

Les travaux sur la colline du Parlement, à OttawaLa colline du Parlement, à Ottawa Photo : Radio-Canada

Par ailleurs, l’expérience des Ottaviens dans la fonction publique fédérale pourrait expliquer, en partie, les préoccupations liées au caractère officiellement bilingue de la Ville.

Le conseiller Allan Hubley estime que les exigences linguistiques requises pour les fonctionnaires auraient empêché des anglophones d’obtenir des emplois et généré des tensions.

« Je ne soutiendrais pas l’idée de recréer cette situation », explique-t-il.

Pourtant, en août dernier, le Commissariat aux langues officielles révélait les résultats d’un sondage démontrant que 87 % des Canadiens croyaient qu’Ottawa devrait être reconnue comme une Ville officiellement bilingue.

L’historien Matthew Hayday, professeur à l’Université de Guelph, a abondamment étudié les tensions liées à l’utilisation des deux langues officielles au pays.

Selon lui, les anglophones sont généralement favorables au bilinguisme « dans l’abstrait ». Cependant, « lorsqu’il s’agit d’une question de leurs jobs, des répercussions économiques qui les touchent directement, c’est à cet instant qu’on voit l’opposition monter », explique-t-il.

Ainsi, des fonctionnaires anglophones aigris par l’impression qu’ils n’arrivent pas à progresser au même rythme que les francophones dans l’appareil fédéral seraient nombreux à souffrir en silence, selon le groupe Canadians for Language Fairness.

Al Speyers est l’un de ces anciens employés de l’État qui participe aux rencontres mensuelles, à Ottawa, de l’organisation opposée à la Loi sur les langues officielles.

Les femmes parlent souvent d’un plafond de verre. Il y a sans aucun doute un plafond francophone.

Al Speyers, ex-fonctionnaire fédéral

Les candidats à la fonction publique doivent effectuer un examen dans l’autre langue officielle. « Les tests de compétences linguistiques que les fonctionnaires fédéraux doivent passer, ils sont disproportionnellement plus difficiles en français qu’ils ne le sont en anglais », affirme M. Speyer.

Ainsi, il serait beaucoup plus facile pour un francophone d’être considéré bilingue que pour un anglophone, d’après lui.

Un tel discours est basé sur des « impressions », selon le professeur Hayday, mais « qui créent tout un discours que le bilinguisme favorise seulement les francophones et non les anglophones ».

La responsabilité des élus

Le maire d'Ottawa a fait un discours pour annoncer les événements à venir en 2017Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a fait un discours pour annoncer les événements à venir en 2017 Photo : Radio-Canada / Roger Dubois

Selon la professeure Caroline Andrew, la minorité de conseillers qui appuie le projet #OttawaBilingue s’explique aussi par le manque de leadership du maire dans ce dossier.

Depuis le début, Jim Watson refuse d’appuyer l’idée d’une Ville officiellement bilingue, considérant que la Municipalité l’est déjà et que son règlement suffit.

#OttawaBilingue indique d’ailleurs sur son site Internet que la « Politique de bilinguisme et le règlement municipal en place fonctionnent généralement bien depuis 2001 ». Le regroupement souhaite cependant « les préciser et en assurer la continuité pour les générations futures. »

La présidente de Canadians for Language Fairness, Kim McConnell, est quant à elle extrêmement satisfaite du fait que le maire refuse de céder aux pressions, ayant bien compris à quel point « c’est une idée très dispendieuse », selon elle.

Payer des taxes à la Ville d’Ottawa pour des emplois, pour que les Québécois viennent prendre ces postes? C’est inacceptable! Ça s’aggrave et c’est quelque chose qui rend plusieurs personnes très en colère.

Kim McConnell, présidente, Canadians for Language Fairness

Le professeur Hayday estime de son côté que c’est le leadership de tous les politiciens qui est défaillant dans ce dossier, que ce soit sur le plan municipal, provincial ou fédéral.

« Le résultat est qu’on voit des gens qui sont plus enclins à s’opposer à haute voix aux politiques de bilinguisme », avance-t-il.

Mais Beth Trudeau, l’une des militantes au sein de Canadians for Language Fairness, n’est pas du même avis. Selon elle, si le projet allait de l’avant, il créerait « beaucoup de ressentiment et beaucoup de division » dans la communauté.

L’un de ses collègues d’Ottawa, l’entrepreneur Gordon Miller, ne croit tout simplement pas qu’il y ait là un véritable enjeu.

« Qu’est-ce qu’on peut demander de plus? Ma compréhension, c’est que les seules personnes qui sont insatisfaites d’un manque de bilinguisme officiel sont des activistes », soutient-il.

Ottawa-Gatineau

Politique municipale