•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une victime de l’ancien prêtre Yvon Arsenault se confie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont arrêté un homme qui circulait à 208 km/h sur l'autoroute 50.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Jean-Louis Pitre, qui a été agressé sexuellement par l'ancien prêtre Yvon Arsenault durant son adolescence, veut livrer un message aux autres victimes d'agressions sexuelles: cherchez de l'aide et dénoncez les coupables.

Pendant 35 ans, il a vécu avec un lourd secret. En 1980, le curé Arsenault s’est livré à des attouchements sexuels sur lui dans un camp à Collette. L'adolescent était alors âgé de 17 ans.

Aujourd'hui, Jean-Louis Pitre a 54 ans et il a demandé au tribunal de lever un interdit de publication afin qu'il puisse parler librement. Selon lui, il y a toujours des victimes d’agression sexuelle qui vivent dans le silence.

« Je veux qu'ils sachent que c'est possible, c'est nécessaire de s'avancer, de prendre une chance, de trouver quelqu'un, un adulte, un ami, un professionnel de la santé en qui ils ont confiance et d'en parler, de pouvoir aller chercher de l'aide s’ils en ont besoin et ne pas laisser ça ronger », explique Jean-Louis Pitre.

Le Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour, à Shediac, a aidé une quarantaine de victimes de prêtres pédophiles. Selon la directrice générale, Kristal LeBlanc, la grande majorité des victimes préfèrent ne pas dénoncer leur agresseur.

« Des fois, j’imagine un homme dans la société qui est une victime [d’agressions sexuelles]. ll va penser: “Je ne suis pas une femme”. Il va se sentir isolé, sentir que peut-être il ne peut pas parler publiquement. J'espère que ça lui donne le courage de venir pour de l'aide. Il y a des services disponibles qui sont là pour eux autres, immédiatement, et gratuits », explique Kristal LeBlanc.

Je me sens très soulagé que ce soit fini, finalement. Ç’a été un long processus.

Jean-Louis Pitre, victime du prêtre Yvon Arsnault

Jean-Louis Pitre dit être soulagé parce que l'ancien prêtre Yvon Arsenault a écopé, vendredi dernier, d'une peine d'emprisonnement de quatre ans. À cette occasion, M. Pitre a pu lire une déclaration devant le tribunal en regardant directement son agresseur.

Yvon Arsenault sortant du palais de justiceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ex-prêtre Yvon Arsenault a reconnu sa culpabilité en octobre 2016.

Photo : Radio-Canada / Michel Nogue

« Je le recommanderais à n'importe qui qui a été victimisé. Si vous avez la chance de pouvoir rencontrer ou de voir votre [agresseur] dans cette situation-là, surtout lorsque vous avez été capable de le faire passer à travers du processus, le faire [reconnaître] coupable et et qu’il s'en va au pénitencier aujourd'hui, pour moi, c'est le temps de pouvoir lui dire: “Tant mieux” », affirme M. Pitre.

Jean-Louis Pitre tient à tourner la page. Il veut tout faire pour ne plus souffrir en silence.

D’après le reportage de Michel Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !