•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mercure s'écoulerait toujours dans la rivière Wabigoon-English près de Grassy Narrows

Un panneau d'avertissement indique que l'eau de la rivière est contaminée.
Grassy Narrows Photo: Radio-Canada / Jody Porter
Radio-Canada

Du mercure provenant d'une ancienne usine de pâtes et papiers continue de couler et de contaminer la rivière Wabigoon-English en amont du village de la Première Nation de Grassy Narrows dans le Nord-Ouest de l'Ontario, selon un rapport d'un groupe de scientifiques.

L'été dernier, l'équipe a pris des échantillons de vase au fond de la rivière tout juste en aval de la vieille usine de pâtes et papiers où le papier était blanchi. D'autres échantillons ont été également prélevés dans deux lacs en amont.

Selon le rapport, l'équipe a découvert que les niveaux de mercure dans la vase sont très bas jusqu'à ce que la rivière passe près de l'ancienne usine.

Cette recherche démontre que du mercure provenant de la vieille usine de pâtes et papiers s'écoule toujours dans la rivière.

John Rudd, coauteur du rapport

L'un des auteurs du rapport, John Rudd, a longtemps étudié la rivière Wabigoon-English. Il dit que les recherches prouvent qu'il y a une source de contamination cachée provenant de l'usine. Le mercure coule abondamment dans la rivière.

Les petits points indiquent des niveaux faibles de mercure trouvés dans la rivière, tandis que les gros points indiquent une plus grande concentration.Agrandir l’imageLes petits points indiquent des niveaux faibles de mercure trouvés dans la rivière, tandis que les gros points indiquent une plus grande concentration. Photo : Wabigoon River mercury remediation study

Brian Branfireun, professeur à l'Université Western Ontario et expert en mercure, confirme d'ailleurs que de nouveaux matériaux ont été trouvés dans les sédiments de la rivière, confirmant la thèse d'une récente contamination.

Reed Paper, situé à Dryden en Ontario, a déversé des produits chimiques dans la rivière au courant des années 60 et 70, ce qui a empoisonné les résidents de la Première Nation qui pêchaient dans le secteur.

 

Le rapport a été préparé par le groupe de travail mis sur pied par le gouvernement Wynne qui s'est engagé à déterminer d'ici deux ans, les solutions les mieux adaptées pour dépolluer le site.

Le gouvernement de l'Ontario s'est déjà engagé à investir plusieurs millions de dollars pour contrôler cette pollution, mais demande l'aide du fédéral.

Malgré cela, le chef de la Première Nation de Grassy Narrows, Simon Fobister, pense que les gouvernements ne prennent pas cette situation réellement au sérieux.

Nous avons été empoisonnés, mais nous devons toujours prouver cela. Personne ne nous croit. C'est dégoûtant et décevant.

Simon Fobister, chef, Première Nation de Grassy Narrows
Le chef de la Première Nation de Grassy Narrows, Simon FobisterLe chef de la Première Nation de Grassy Narrows, Simon Fobister Photo : Radio-Canada / Claudine Brûlé

Plus de 90 % de la population des Premières Nations de Grassy Narrows et de Wabaseemoong montrent des signes d'empoisonnement au mercure, selon une étude de chercheurs japonais qui observent des habitants depuis des décennies.

Avec les informations de CBC

 

Nord de l'Ontario

Autochtones