•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La menaçante carpe asiatique est arrivée dans le fleuve Saint-Laurent

L'une des quatre espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau
L'une des quatre espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau Photo: iStock

Du propre aveu du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), c'était une nouvelle redoutée : la carpe asiatique, un poisson ravageur qui bouleverse les écosystèmes dans lesquels il s'installe, est bel et bien arrivée dans le fleuve Saint-Laurent.

« Le ministère confirme la présence dans le fleuve du Saint-Laurent, ainsi que dans certains de ses tributaires, de la carpe de roseau », a laissé tomber la sous-ministre associée à la faune et aux parcs, Julie Grignon.

La carpe de roseau est l'une des quatre espèces de carpe asiatique. Un spécimen a notamment été capturé à la hauteur de Contrecoeur, en Montérégie.

Le MFFP confirme qu’il ne s’agit pas d’un cas isolé. Sur 110 sites testés en 2015-2016, des carpes de roseau ont été répertoriées à 16 endroits entre le lac Saint-François et le lac Saint-Pierre. Ces signaux positifs ont été détectés deux années d’affilée.

Les carpes asiatiques génèrent des impacts majeurs sur tous les milieux qu'elles colonisent. Le ministère est très préoccupé par leur présence dans les eaux québécoises.

Julie Grignon, sous-ministre associée à la faune et aux parcs
 

Si seule la carpe de roseau a été détectée jusqu'à maintenant dans le fleuve, l'entrée d'autres types de carpes asiatiques n'est pas impossible. La carpe argentée et la carpe à grosse tête sont quant à elles à l'entrée du lac Michigan; une barrière leur bloque l'accès pour l'instant.

Des milliards de dollars de pertes possibles

Québec n’est pas en mesure d’évaluer avec exactitude la taille de la population de carpes de roseau dans le fleuve, mais sa simple présence est une très mauvaise nouvelle; elle aime les milieux fluviaux tempérés, comme celui du Saint-Laurent.

Sa propagation pourrait avoir des impacts économiques de plusieurs milliards de dollars en raison de ses effets sur la pêche commerciale et la pêche sportive, notamment. Elle pourrait aussi entraîner des problèmes sanitaires.

Le MFFP compte donc agir sur plusieurs fronts pour limiter la progression de la carpe du roseau. Dès le 1er avril, il sera interdit de pêcher avec des poissons-appâts vivants, au Québec. C’était déjà le cas en été, mais le ministère ajoute cette interdiction en hiver.

Seule l'utilisation de poissons-appâts morts, dans les zones où cela était déjà autorisé en hiver, sera tolérée. Des recommandations seront bientôt faites concernant les barrages et les passes migratoires : le MFFP veut couper le plus possible l'accès des carpes aux eaux intérieures.

Le MFFP annonce également qu'il poursuivra ses efforts pour implanter de saines pratiques de nettoyage des embarcations avec les plaisanciers.

Les carpes asiatiques ont été implantées par des aquaculteurs aux États-Unis dans les années 1970 pour lutter contre la prolifération d'algues et de parasites dans les étangs d'élevage. Depuis, elles ont remonté le fleuve Mississippi jusqu'aux Grands Lacs.

Source: MFFP

Environnement