•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès de 330 présumés putschistes s’ouvre en Turquie

Des soldats turcs gardent la prison de Sican à Ankara durant le procès de 330 accusés pour leur participation au coup d'État contre le président Erdogan.

Des soldats turcs gardent la prison de Sican à Ankara durant le procès de 330 accusés pour leur participation au coup d'État contre le président Erdogan.

Photo : Getty Images / Adem Altan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le procès d'une ampleur sans précédent de 330 suspects pour le coup d'État avorté contre le président Erdogan en juillet 2016 s'est ouvert mardi près d'Ankara.

Une salle d’audience pouvant accueillir 1558 personnes a été construite spécialement pour ces procédures judiciaires. Le procès se déroule sous haute sécurité dans la prison de Sican.

La plupart des accusés sont membres d’une école d’officiers militaires. Ils sont poursuivis entre autres pour assassinat, tentative de renversement de l’ordre constitutionnel et appartenance à une organisation terroriste.

Ils risquent tous la prison à vie pour leurs liens avec la tentative de putsch sanglante perpétrée par une faction dissidente de l’armée. L’agence progouvernementale Anadolu affirme que 243 accusés se trouvent présentement en détention provisoire.

Le coup d’État avorté avait causé près de 300 morts. Ankara a accusé Fethullah Gülen, exilé aux États-Unis, d’avoir fomenté le putsch. La Turquie demande d’ailleurs son extradition. M. Gülen nie quant à lui les accusations.

43 000 personnes arrêtées

Les purges engagées après la journée du coup d’État, le 15 juillet, ont provoqué l’arrestation de 43 000 personnes. En tout, 130 000 fonctionnaires ont été limogés. En plus des putschistes, les accusations visent les milieux prokurdes et les médias. Des ONG ont accusé le gouvernement de profiter de l’occasion pour censurer ses critiques.

Le procès des 330 putschistes est le dernier de nombreux autres à s’être amorcé en Turquie. Avant cela, le procès qui s’est déroulé à Erzurum, où 270 présumés putschistes étaient jugés, était le plus grand.

Le procès de 47 personnes accusées d'avoir voulu enlever ou tuer le président Erdogan la nuit de la tentative de coup d'État s'est ouvert la semaine dernière à Mugla (ouest) et a suscité l’attention des médias.

La seule condamnation a été prononcée à l’endroit de deux soldats Erzurum, qui ont obtenu une peine de prison à vie.

Les mesures prises par les autorités turques inquiètent l’Occident, y compris l’Union européenne. Les relations entre la Turquie et l’UE se sont d’ailleurs détériorées au courant des derniers mois.

Avec les informations de AFP, et Le Monde

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !