•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Action boréale demande au gouvernement de scinder le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue demande au gouvernement du Québec de scinder le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Cette division, selon l'organisme, permettrait aux biologistes rattachés à la section « faune » du ministère de retrouver leur indépendance et de mieux protéger la biodiversité. Cette requête se retrouve à l'intérieur du mémoire de l'Action boréale qui sera déposé ce soir lors des audiences publiques sur le projet de la mine Akasaba Ouest et dont Radio-Canada a obtenu une copie.

En entrevue à l'émission Des matins en or, le président de l'Action boréale, Henri Jacob, affirme que le caribou forestier de Val-d'Or pourrait disparaître très rapidement en raison de l'éventuel emplacement d'un chemin de la compagnie forestière Eacom, près du secteur de la mine Akasaba Ouest.

Selon lui, les deux ministères se contredisent dans ce dossier. « À l'intérieur du ministère, les gens de la Faune ont proposé cinq tracés alternatifs d'un chemin pour ne pas qu'il passe dans la zone du caribou et le ministère de la Forêt, lui, a décidé d'accepter la proposition de la compagnie Eacom plutôt que de se fier aux biologistes qui travaillent pour eux », observe-t-il.

Selon Henri Jacob, le chemin qui sera utilisé par la compagnie Eacom sera plus nuisible au caribou forestier que les opérations de la mine Akasaba Ouest. L'Action boréale réclame donc que le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs modifie ce tracé. « On va le faire disparaître puis on va faire la même chose au nord de La Sarre. Ce n'est pas normal qu'une partie d'un ministère qui est vouée à conserver les animaux travaille en collaboration avec celle qui est mandatée pour récolter l'habitat de l'animal », dénonce-t-il.

La deuxième partie des audiences publiques du BAPE sur le projet d'ouverture et d'exploitation de la mine Akasaba Ouest aura ce mardi soir, 19 h, à l'hôtel Forestel de Val-d'Or. Onze mémoires seront présentés. Une séance est aussi prévue mercredi après-midi, où sept autres mémoires seront déposés.

Écoutez l'entrevue complète avec Henri Jacob ici.

Entrevue avec Henri Jacob

Luc Blanchette réagit

Le ministère de la Faune, de la Forêt et des Parcs, Luc Blanchette, ne croit pas nécessaire de scinder son ministère afin de préserver l'indépendance des biologistes.

« L’habitat du caribou forestier, c’est la forêt. On ne peut pas distinguer les autres, puisqu’ils sont complémentaires. Il faut, au contraire, ce que j’appelle de la conciliation des usages. Je sais que ce n’est pas facile, mais on est en 2017. Parfois il y a de bons exemples, parfois, ça réussit moins bien. Sur le plan administratif, les sous-ministres associés aux Forêts et la sous-ministre associée à la Faune se rencontrent pour régler les différents problèmes qui peuvent surgir », soutient-il.

Luc Blanchette cite comme exemple positif celui de la harde de La Sarre où l'entreprise Tembec a été mise à contribution afin de préserver ce troupeau.

« Par ailleurs, une annonce pour la préservation de la harde de caribous dans le secteur de Val-d'Or sera faite prochainement », assure le ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !