•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : près de 700 élèves suspendus dans Windsor-Essex

Une seringue et une dose de vaccin
Une seringue et une dose de vaccin Photo: iStock
Radio-Canada

Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex a suspendu 689 élèves de la région parce que leur carnet de vaccination n'était pas à jour.

Les parents de jeunes de 11e et 12e année avaient reçu un avertissement le 1er février dernier et devaient mettre leur dossier à jour d’ici le 28 février.

Selon la Loi sur l'immunisation des élèves de l'Ontario, les autorités de la santé publique peuvent suspendre ces jeunes jusqu'à 20 jours.

D'après une infirmière au Bureau de santé publique de Windsor-Essex, Thérèse Taiarol, la plupart des élèves suspendus ont été vaccinés, mais leur carnet n'est pas en règle.

« Ce n'est pas le rôle du médecin, c'est le rôle du parent de transmettre l'information au bureau de santé », explique-t-elle.

Encourager la vaccination

La professeure de droit à l'Université d'Ottawa, Karen Eltis, croit par ailleurs que les parents doivent avoir un meilleur accès aux faits scientifiques pour contrer les sceptiques envers la vaccination, particulièrement à l'ère des médias sociaux.

Bien qu'elle soit convaincue que la vaccination relève de la responsabilité des parents, Mme Eltis souligne que certains incitatifs pourraient encourager la population à se rendre davantage dans les cliniques de vaccination.

Elle cite en exemple l'Australie où les parents sont payés lorsqu'ils font vacciner leurs enfants.

Un projet de loi a été déposé par l'Ontario afin d'obliger les citoyens qui veulent exempter leurs enfants des vaccins à assister à des présentations les informant des effets bénéfiques de la vaccination.

« Il faut que les gens prennent conscience que la vaccination n'est pas un simple choix personnel, ça concerne toute la société », indique Mme Eltis.

Rappelons que c'est le vaccin a permis d'éradier plusieurs épidémies dans les cent dernières années.

Simpliflier le processus

Mme Eltis indique aussi qu'il est indispensable de moderniser le système de transmission des informations au sujet des dossiers de vaccination.

« Pour beaucoup de gens, le carnet ne suffit pas », estime Karen Eltis.

Une application gratuite appellée CANImmunize (Nouvelle fenêtre) est d'ailleurs disponible au Canada pour rappeler aux parents quand ils doivent faire vacciner leur progéniture.

Windsor

Vaccination