•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump devant le Congrès : santé, sécurité, mais surtout unité

Le président américain Donald Trump, souriant, lors de son premier discours devant le Congrès. Derrière lui se tiennent Mike Pence et Paul Ryan.

Le président américain Donald Trump, souriant, lors de son premier discours devant le Congrès.

Photo : Reuters / Jim Lo Scalzo

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président américain Donald Trump, qui a prononcé mardi soir son premier discours devant la Chambre des représentants et le Sénat, a appelé à l'unité et a parlé des thèmes qui lui sont chers, comme la réforme de l'Obamacare, le renforcement des politiques migratoires et la lutte contre les terroristes et les criminels.

Donald Trump a commencé son discours dans l'hémicycle de la Chambre des représentants en condamnant les actes antisémites qui ont eu lieu ces derniers jours aux États-Unis et en lançant un appel à l'unité, qui a été répété tout au long de son allocution.

Nous partageons le même destin, nous saignons le même sang, nous saluons le même drapeau et nous sommes tous créés par le même Dieu.

Une citation de : Donald Trump, président des États-Unis

Tout en lançant plusieurs flèches à l'ancienne administration, il a ensuite fait le bilan de ses premiers mois comme président. Il a notamment abordé la lutte contre le terrorisme, son aval à la construction de pipelines, le retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique, la construction du mur à la frontière américano-mexicaine et la nomination de juges « qui défendront la Constitution ».

L'immigration : le mérite et la sécurité

Le président américain a donné plus de détails quant à sa politique d'immigration. Il souhaite instaurer un système d'immigration semblable à ceux du Canada et de l'Australie qui sont basés sur le mérite. « C'est un principe de base que ceux qui veulent entrer dans un pays doivent être capables de se soutenir financièrement », a-t-il dit.

M. Trump a également indiqué l'importance de renforcer les lois sur l'immigration afin d'assurer la sécurité dans les communautés.

En renforçant finalement nos lois en matière d'immigration, nous hausserons les salaires, aiderons les chômeurs, économiserons des milliards de dollars et rendrons les communautés plus sécuritaires pour tous.

Une citation de : Donald Trump, président des États-Unis

Selon CNN, le président Trump aurait reporté l’annonce de son nouveau plan d’interdiction de séjour aux États-Unis pour les ressortissants de certains pays musulmans en raison de l’embellie médiatique qu’a suscitée son discours devant le Congrès.

Le décret initial sur l’immigration prévoyait l’exclusion des ressortissants de sept pays musulmans. La nouvelle mouture du décret exclurait les Irakiens, les résidents permanents et les détenteurs de visas.

L’application du premier décret sur l’immigration du président Trump a été suspendue par les tribunaux.

La réforme de l'Obamacare

Le président Trump a aussi incité les élus républicains et démocrates à s'unir pour remplacer la loi sur la couverture des soins de santé et relancer l'économie du pays.

Il a demandé aux républicains et aux démocrates de travailler ensemble pour remplacer le « désastre » de l'Obamacare et leur a offert quelques suggestions.

M. Trump voudrait que les Américains ayant des problèmes de santé préexistants aient accès à une assurance, que les citoyens voulant se procurer une assurance soient aidés par le gouvernement, sans qu'il leur en impose une, et que les Américains puissent acheter leur assurance maladie partout aux États-Unis.

Éducation et politique étrangère

Un projet de loi touchant l'éducation devrait par ailleurs être déposé par Trump. Celui-ci permettrait aux moins nantis de choisir l'école où ils souhaitent étudier. « Ces familles devraient être libres de choisir l'école qui leur convient, qu'elle soit publique, privée, à charte, en zone d'éducation prioritaire, religieuse ou à la maison », a soutenu Donald Trump.

Aussi, le président a indiqué qu'il « soutient fortement » l'OTAN, mais que les autres membres de l'organisation doivent s'acquitter de leurs obligations financières. « Ils commencent à le faire », a-t-il ajouté.

Donald Cuccioletta, chercheur de la chaire Raoul-Dandurand

Entretien avec Donald Cuccioletta, chercheur associé de la Chaire Raoul-Dandurand

Photo : Radio-Canada

Un discours apprécié

Donald Trump, qui s'en est tenu à son texte, a été fortement applaudi tout au long de son allocution par les élus et les invités.

Lors de son arrivée, il a été accueilli chaleureusement dans la Chambre des représentants, mais les démocrates ont été peu nombreux dans les allées à lui tendre la main.

La salle était parsemée de blanc, puisque les femmes démocrates avaient convenu de porter la couleur représentant le mouvement des suffragettes.

Même s'il a été prononcé devant les élus des deux chambres, les membres de son Cabinet et les juges de la Cour suprême, le discours de M. Trump ne constituait pas à proprement parler un « discours sur l’état de l’Union », puisque sa présidence est trop jeune. Le décorum était cependant le même.

Donald Trump, président des États-Unis 

L'aval du Congrès

L'exercice était particulièrement important dans la mesure où le président doit bientôt soumettre une proposition de budget au Congrès. Cet organe législatif, qui détermine entre autres les lois et les taxes fédérales, les déclarations de guerre et la mise en application des traités, a la responsabilité ultime d'approuver ce budget.

Or, le président a fait plusieurs propositions coûteuses susceptibles de faire gonfler le déficit et la dette publique, ce qui pourrait refroidir certains élus.

Quelques engagements de Trump en matière de finances :

  • Augmenter le budget de l'armée américaine;
  • Augmenter le budget du département de la Sécurité intérieure;
  • Augmenter les subventions pour les vétérans;
  • Investir mille milliards de dollars américains de fonds publics en infrastructure;
  • Baisser le taux d'imposition des particuliers et des entreprises;
  • S'abstenir d'abaisser le budget des programmes Medicaid et Medicare;
  • Diminuer le budget du département d'État;
  • Diminuer le budget de l'Agence de protection de l'environnement (EPA).
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !