•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des réfugiés de Winnipeg ouvrent leurs portes à des demandeurs d'asile

Une femme assise écoute attentivement.

Originaire du Djibouti, Sitti Ali est arrivée au Canada comme réfugiée en novembre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que des immigrants traversent clandestinement la frontière entre les États-Unis et le Manitoba, des réfugiés de Winnipeg ouvrent la porte de leur maison à des demandeurs d'asile qui ont besoin d'un logement temporaire.

Âgée de 28 ans, Sitti Ali est arrivée en tant que réfugiée à Winnipeg il y a un peu plus de trois mois, après avoir quitté Djibouti, en Afrique de l'Est. Elle et deux autres femmes vivent dans une maison de quatre chambres dans le quartier North End, et elles ont récemment accueilli trois demandeurs d’asile, une femme et deux hommes qui séjournaient au Centre Booth de l'Armée du Salut.

J'aime aider les gens parce que j'ai été aidée. Alors, pourquoi ne pas aider des gens en retour?

Sitti Ali, réfugiée

Ces demandeurs du statut de réfugié, qui ont traversé la frontière canado-américaine à proximité d’Emerson, sont originaires du même pays que Satti Ali.

La jeune femme incite la communauté africaine de Winnipeg à faire le même geste. « Il y a des familles avec des bébés qui n'ont pas de place, indique-t-elle. C'est seulement pour une brève période, jusqu'à ce que les gens obtiennent des prestations d’aide sociale », précise Sitti Ali.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a confirmé qu'au moins 143 migrants illégaux ont traversé à pied la frontière près d'Emerson au Manitoba depuis le 1er janvier. Certains d’entre eux mettent leur vie en péril en traversant par grand froid des champs gelés.

Face au nombre croissant d’immigrants illégaux, la communauté somalienne de Winnipeg accueille également des demandeurs du statut de réfugié, selon Abdi Ahmed, coordonnateur du partenariat local d'immigration du Conseil de planification sociale de Winnipeg, qui en a reçu certains chez lui.

Un homme debout sourit.

Abdi Ahmed aide les demandeurs du statut de réfugié et affirme que la communauté somalienne de Winnipeg se mobilise pour venir en aide aux migrants illégaux.

Photo : Radio-Canada

« L'Armée du Salut en prend quelques-uns, le Welcome Place peut aussi en prendre quelques-uns, mais une bonne partie de ces réfugiés dépendent de la communauté », souligne-t-il.

Les gens se sont mobilisés pour venir en aide aux réfugiés. Ils comprennent ce que signifie être un réfugié.

Abdi Ahmed, coordonnateur du partenariat local d'immigration du Conseil de planification sociale de Winnipeg

Pour Abdi Ahmed, sa seule inquiétude réside dans le fait que « si nous avons 500 personnes qui traversent la frontière en quelques jours, cela pourrait être une chose difficile à gérer pour les communautés ».

Sitti Ali fait partie de ceux qui reçoivent de l'aide de la communauté somalienne. Elle dit recevoir de l’aide sous forme de dons.

La jeune femme pense toutefois que plus d'aide est nécessaire : « Les gens viennent au Canada parce qu'ils croient que le Canada c’est le paradis », mentionne-t-elle.

« Nous avons besoin de votre aide. Nous devons nous aider les uns les autres parce que la seule chose que nous avons est l'autre », conclut Sitti Ali.

Avec les informations de Nelly Gonzalez, CBC News

Manitoba

Nouveaux arrivants