•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un atterrissage difficile pour un avion d'Air Canada à l'aéroport Pearson

Le passager qui a pris cette photo dit que les nuages étaient plutôt bas lorsque l'avion a atterri.

Le passager qui a pris cette photo dit que les nuages étaient plutôt bas lorsque l'avion a atterri.

Photo : Paul Varian

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) enquête présentement sur la sortie de piste d'un avion d'Air Canada, survenue tôt samedi à l'aéroport Pearson de Toronto.

Selon la porte-parole d'Air Canada, Isabelle Arthur, « un train d'atterrissage d'un avion en provenance d'Halifax a brièvement roulé hors de la piste avant de revenir sur celle-ci ».

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada qui a dépêché deux enquêteurs à l'aéroport Pearson de Toronto a confirmé, lors d'une conférence de presse samedi après-midi, que l'avion, un Airbus A320 avec 118 personnes à bord, a fait une sortie de piste.

« Il est passé dans le gazon du côté ouest de la piste pour éventuellement s'immobiliser au centre de la piste », a dit Pierre Gavillet, enquêteur principal au BST.

Personne n'a été blessé lors de cet atterrissage mouvementé survenu peu après minuit.

« Nos passagers ont rapidement été amenés à l'aéroport dans des autobus et ont été accueillis par une équipe d'employés et de gestionnaires d'Air Canada. »

— Une citation de  Isabelle Arthur, porte-parole d'Air Canada

La compagnie dit avoir fourni un hébergement à l'hôtel ou une navette pour permettre aux passagers d'attendre leur correspondance ou de rentrer chez eux.

Leurs bagages leur seront livrés lorsque les autorités auront terminé leur enquête.

Un avion d'Air Canada sur le tarmac de l'aéroport Pearson, de Toronto, avec des équipes d'urgence qui l'entoure.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'avion d'Air Canada transportait 118 personnes à son bord et provenait d'Halifax.

Photo : CBC/John Hanley

Enquête en cours

Le BST a dit que la météo est souvent un facteur dans les accidents. Il affirme toutefois qu'il est encore trop tôt pour déterminer la cause de la sortie de piste et que les données météo doivent encore être analysées avec l'aide d'Environnement Canada.

Selon les informations préliminaires recueillies par le BST, l'appareil n'a subi que de légers dommages. Il sera toutefois entièrement examiné par les enquêteurs.

« Il est encore trop tôt pour déterminer les causes de l'accident. »

— Une citation de  Julie Leroux, porte-parole du Bureau de la sécurité des transports du Canada

Les enregistreurs de bord pour la voix et les données seront analysés au laboratoire du BST à Ottawa.

Les enquêteurs recueilleront aussi les témoignages des membres de l'équipage, des passagers et des contrôleurs aériens.

Témoignage d'un passager

Paul Varian, un des passagers de ce vol, dit que l'avion avait été retardé à son départ d'Halifax et que les nuages étaient plutôt bas au moment de l'atterrissage.

« Nous avons durement atterri, rien de traumatisant. Nous avons juste atterri brutalement sur le tarmac et l'avion a vacillé un peu sur la gauche. Le pilote a ensuite énormément freiné. »

— Une citation de  Paul Varian, passager

L'avion s'est arrêté brusquement, raconte-t-il. « Nous nous sommes arrêtés et il était très clair qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas parce que j'ai regardé par le hublot et il y avait beaucoup de résidus noirs sur mon hublot et le hublot d'à côté », ajoute-t-il.

Le côté de l'appareil était couvert de boue après l'incident.

Paul Varian dit qu'ensuite l'avion est resté sur le tarmac pendant un bon moment, mais que tout le monde est resté calme à l'intérieur. Après une heure et demie environ, les passagers ont pu sortir.

« L'ensemble du châssis de mon côté, du côté gauche, lorsque nous avons regardé alors que nous sortions était détruit. Il n'y avait plus de pneus sur les roues, dit-il. C'est le Canada. Tout le monde était très poli et sympathique et accommodant. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !