•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Michel Vienneau : les deux policiers de Bathurst innocentés

Mathieu Boudreau arrivant au palais de justice

Le policier Mathieu Boudreau (ci-dessus) et son collège Patrick Bulger ne sont plus accusés pour la mort de Michel Vienneau.

Photo : Radio-Canada / Karine Godin

Radio-Canada

Toutes les accusations portées au criminel contre deux agents du service policier de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, à la suite de la mort de Michel Vienneau sont retirées.

La juge Anne Dugas-Horseman, de Moncton, qui a présidé l’enquête préliminaire des policiers, a rendu sa décision, vendredi. Il n'y aura pas de procès criminel contre les agents, Patrick Bulger et Mathieu Boudreau.

La juge a expliqué que la Couronne n'a pas présenté suffisamment de preuves démontrant que les policiers ont fait des gestes illégaux lors de l'arrestation de M. Vienneau.

Le procureur de la Couronne, Stephen Holt, s'est dit déçu. « Je n'ai pas encore lu la décision de la juge, mais je lui donne le respect qui lui est dû, elle a beaucoup d'expérience », a indiqué Maître Holt. Il faudra analyser ce qu'elle a dit pour prendre sa décision et voir si nous allons porter ça plus loin. »

Maître Brian Munro, l'avocat de Patrick Bulger, a réagi sobrement. « Il n'y a rien à célébrer ici », a-t-il déclaré. Mais nous sommes soulagés. »

La famille de Michel Vienneau a aussi accueilli avec déception la décision de la juge.

Une affaire qui a commencé il y a deux ans

Les agents Patrick Bulger, de Beresford, et Mathieu Boudreau, de Dunlop, étaient respectivement accusés d’homicide involontaire, d’agression armée et d’avoir braqué illégalement une arme à feu pour la mort de Michel Vienneau. Toutes ces accusations ont été retirées.

Michel Vienneau, 51 ans, a été abattu à l’extérieur de la gare de Bathurst, le 12 janvier 2015, lors d’une intervention policière. Les policiers de Bathurst le soupçonnaient de trafic de drogue. Mais la Gendarmerie royale du Canada en Nouvelle-Écosse, qui a enquêté ensuite sur cette affaire, a conclu que M. Vienneau n'était mêlé à aucune activité criminelle.

Dans les documents qu’elle a déposés à la cour, la Ville de Bathurst soutient que les agents s’étaient clairement identifiés comme des policiers au moment des faits, et qu’ils ont tenté d’arrêter la voiture de Michel Vienneau avant qu’il accélère. Aucune allégation ou déclaration des diverses parties en cause n’a été prouvée en cour.

Photo de famille d'Annick Basque et de Michel VienneauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Annick Basque et Michel Vienneau

Photo : Contribution : Facebook

Annick Basque, conjointe de Michel Vienneau, poursuit au civil les deux policiers et la Ville de Bathurst.

Avec des informations de Karine Godin et de Bridget Yard

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers