•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le TIFF présentera moins de films en 2017

Le logo du TIFF.
Le TIFF présentera moins de films cette année. Photo: DR
Radio-Canada

Les organisateurs du Festival international du film de Toronto (TIFF) ont annoncé jeudi qu'il y aura 20 % moins de films dans la programmation en 2017.

Un texte de Kevin Sweet

Depuis quelques années, un commentaire qui revient beaucoup dans les files d'attente à l'extérieur des salles de cinéma pendant le TIFF, c'est que le festival, qui présente près de 300 films, est devenu trop gros et perd de plus en plus de son charme.

Des journalistes qui viennent de partout dans le monde pour couvrir le TIFF disent aussi avoir beaucoup de mal à s'y retrouver dans une programmation aussi riche.

D'ailleurs, l'an dernier le magazine Variety a reproché au TIFF d'être devenu un « un dépotoir de films » et de n'avoir aucune « direction artistique claire ».

Pour 2017, l'organisation du festival a donc décidé de présenter 60 films de moins, soit 240 en tout, ce qui devrait réjouir bon nombre des 400 000 festivaliers qui y prennent part régulièrement.

Nous devons maintenant trouver un équilibre entre une offre généreuse pour nos festivaliers, mais aussi, une bonne sélection.

Cameron Bailey, directeur artistique du TIFF

Des films qui ne se démarquaient pas

Selon Piers Handling, le directeur général du TIFF, il y avait énormément de pression de la part de l'industrie du cinéma indépendant de faire une place pour les plus petits films. Le festival a donc continué de grossir en voulant accommoder tout le monde.

Mais en bout de ligne, les organisateurs ont observé que ces petits films ne parvenaient de toute façon pas à se démarquer.

Ce qu'on va faire cette année c'est de couper dans le gras. Notre public s'attend à ce que l'on soit plus discriminatoire dans nos choix. Et nous le serons.

Piers Handling, directeur général du TIFF

Il signale aussi qu'il y a plus d'engouement pour la télévision que pour le cinéma en ce moment : « Les gens sont moins enthousiastes pour les films et il y a de moins en moins de bons films, ces temps-ci. Nous, on veut redorer l'image du 7e art en ne présentant que ce qui se fait de mieux ».

Pourtant, le TIFF qui a depuis deux ans le programme « Primetime » qui lui permet de projeter quelques épisodes de nouvelles téléséries ne compte pas bonifier cette partie-là de sa programmation.

Des programmes supprimés

Deux programmes sont aussi retirés complètement du festival, dont « Vanguard », qui présentait des films un peu plus avant-gardistes, comme Nelly d'Anne Émond l'an dernier. Le programme « City to City » qui présentait des films d'une capitale en particulier, l'an dernier c'était le Lagos au Nigéria, disparaît aussi.

Il n'y aura plus non plus de projections au Isabel-Bader Theatre et au Cinéma Hot Docs car les organisateurs veulent concentrer toutes les activités au centre-ville.

« Pour 2017 nous voulons mieux cibler les films qu'on présente », affirme le directeur artistique du TIFF, Cameron Bailey, par voie de communiqué alors qu'il se trouve à Los Angeles en vue du gala des Oscars dimanche.

Plusieurs des films qui sont d'ailleurs en lice pour les prestigieux prix, cette année, ont été projetés au TIFF à l'automne dernier, dont La La Land, Moonlight, Arrival et Hidden Figures.

Des choix éclairés

La directrice de Cinéfranco, Marcelle Lean prend part au festival depuis une quarantaine d'années. Qu'il y ait 60 films de moins ne la dérange pas. Elle fait confiance au choix des organisateurs.

Les programmateurs du TIFF sont extraordinaires. Ils vont dans tous les festivals donc je sais qu'ils veulent nous présenter le meilleur.

Marcelle Lean, directrice de Cinéfranco

Et comme la ville compte 75 autres festivals de cinéma, elle sait que si elle rate un film au TIFF, elle pourra sans doute le voir ailleurs.

Ce qui l'inquiète, c'est la diminution du nombre de salles de projection. « Moins de salles de projection signifie plus de files d'attente ailleurs. Et déjà les files d'attente sont très longues. Ça décourage un peu », dit-elle.

Toronto

Cinéma